Skip to Main content Skip to Navigation
Book section

Musiques et sociétés

Résumé : Le pluriel est une caractéristique essentielle de la musique dont la nature individuelle et collective épouse les besoins primordiaux d'expression humaine tout en incarnant, par ses styles et ses tendances, la diversité culturelle des sociétés et de leur mode d'accès à la transe (Rouget, 1980). Elle peut n'être produite ou écoutée que « pour soi ». Cependant, même dans l'acte onaniste du consommateur le plus solitaire, branché sur un baladeur, ou de l'amateur, calé dans son fauteuil, charmé par la haute fidélité de sa chaîne de salon, on peut entendre poindre l'influence de la collectivité. L'acheminement de l'oeuvre du génie, comme de celle du compositeur de chansonnettes, suit des routes complexes de production et de diffusion, faisant du « son » ainsi appréhendé une entreprise sociotechnique et coopératrice surprenante, quand on prend la peine de réfléchir aux multiples coordinations menant à l'écoute d'un banal disque laser. C'est sur cette essence collective que l'on doit s'interroger. Elle suppose une connivence qui va au-delà des conventions technologiques, financières, ethniques, symboliques ou organisationnelles, pour culminer dans la mise en commun d'une esthétique. Ce prodige, souvent renouvelé, de l'accès massif au plaisir artistique est un phénomène unique, qu'il faut approfondir dans sa spécificité de fait social et représentationnel. C'est la raison essentielle pour laquelle les musiques suscitent tant d'attention des spécialistes en sciences sociales dans nos sociétés qui subissent les effets de la désillusion démocratique, de l'affaiblissement de la croyance dans le progrès industriel et scientifique et de la quête obsessionnelle de ses bienfaits. On pourrait citer divers centres européens ou américains de recherche en sociologie, en anthropologie, en psychologie sociale ou en histoire qui consacrent une part importante de leurs moyens à tenter de comprendre les engouements technos, les styles hip hop, l'apport du punk ou du rock ou encore l'influence des conservatoires ou de la musique classique sur les pratiques culturelles. L'approche de cette question est redoutable de difficulté car on a affaire à un objet impliquant des passions, des goûts et des dégoûts, des appartenances sociales ou nationales, où les factions et les styles prolifèrent. Chaque génération revendique « sa » révolte par l'instauration d'un « état naissant » original, jugé plus adapté à l'esprit du temps. La superposition, en fines lamelles entremêlées, des courants et des modes, notamment depuis les années cinquante, est étroitement associée à l'émergence et à la généralisation de la société de consommation et ses avatars communicationnels, culturels et techniques (Donnat, 1998). Dans ce texte, l'interculturalité sera analysée sous l'angle des musiques populaires électroniques (rock, rap, techno), même si on peut légitimement évoquer d'autres sensibilités stylistiques historiquement ou Seca Jean-Marie, « Musiques et sociétés », in Gilles Ferréol et Guy Jucquois (éd.), Dictionnaire de l'altérité et des relations interculturelles, Paris, Armand Colin, 2003, pp. 231-236. 2 géographiquement parlant, comme notamment l'attrait pour la valse (Hess, 2003), l'essor du tango (Andreu et alii, sous la dir. de, 1985), l'engouement pour le style baroque (Hennion, 1993, pp. 25-73), les relations entre les musiques d'Afrique et des Caraïbes (Roberts, 1972), les world musics (Taylor, 1997). On ne peut d'ailleurs que se réjouir de la diversité des sensibilités dans ce domaine, du tango finlandais au fado portugais et à la java parisienne, du flamenco gitan espagnol au rebetiko grec, du seoul blues ou du han coréens aux dor, doïna, et cîntec de mahala roumains, ou encore du tarab arabe au doutar ousbèque (Demeuldre, sous la dir. de, 2003). L'émergence du rock et ses significations Dans le rock, il y a, dès le départ, une ambiguïté : musique du pauvre ou du mauvais garçon ? Pour le commerce ou l'expression des minorités ? Pour séduire ou diffuser un contenu fort ? Pour manipuler ou revendiquer ? Les messages reflètent le flou et la variété des qualificatifs et épithètes accolés à ce courant. Le rock est, de ce fait, un étendard des minorités en tout genre qui vont contribuer à diversifier toujours plus les styles qu'il englobe. C'est aussi, par ailleurs, une culture de masse, car il est associé, dès le début, à la réussite, au sexe, à l'argent, au plaisir et au vedettariat. Médium de masse et culture minoritaire, il concilie les contraires. Aux États-Unis, puis en Europe, les musiciens noirs ont eu une grande influence sur une bonne partie de la jeunesse de la middle class qui allait fournir beaucoup des premiers artistes et des inventeurs dans ce style. Durant les années trente, l'étonnant Emmett Miller fut, à cet égard, un des précurseurs d'une longue lignée de créateurs inspirés par une vision multiculturelle et parodique de leurs pratiques (Tosches, 2003). Le métissage culturel et représentationnel est annoncé dans de telles expériences de mélange des styles et de réappropriation. Loin d'une volonté douteusement « puriste » de voir dans le rock, le rap ou la techno d' « authentiques » productions du « peuple noir », on peut plutôt souscrire à une version plus interculturelle de l'invention musicale où se déroulent des emprunts et des modes de reconnaissance réciproque, dans les diverses ethnies américaines ou européennes. Il y a certes une récupération commerciale et galvaudée des musiques produites par des Noirs ou d'autres groupes historiquement discriminés ; mais on trouve aussi, dans l'interaction entre les minorités et entre celles-ci et les majorités, une source qui implique le partage, l'admiration et la volonté de s'inspirer de l'autre, quelle que soit son origine. Concernant l'interprétation de l'époque 1840-1900 durant laquelle s'est formée la culture qui allait donner naissance-quelques décennies plus tard-au blues, au jazz, puis au rock, Nick Tosches confirme l'existence d' « une erreur largement répandue [consistant] à croire que le ménestrel [américain] a puisé son inspiration musicale dans une véritable source populaire noire, qu'il
Document type :
Book section
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-03011116
Contributor : Jean-Marie Seca <>
Submitted on : Friday, November 27, 2020 - 11:22:21 PM
Last modification on : Friday, May 7, 2021 - 10:33:13 AM
Long-term archiving on: : Sunday, February 28, 2021 - 8:48:31 PM

File

Musique et société Seca JM 2...
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - NoDerivatives 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : hal-03011116, version 1

Citation

Jean-Marie Seca. Musiques et sociétés. Guy Jucquois et Gilles Ferréol (éd.). Dictionnaire de l’altérité et des relations interculturelles, Paris, Armand Colin, pp. 231-236, 2003. ⟨hal-03011116⟩

Share

Metrics

Record views

32

Files downloads

15