Le Binge Eating Disorder en 2017 : de l’impulsivité à la compulsivité, les ouvertures du DSM-5 - Université de Lorraine Access content directly
Journal Articles Médecine des Maladies Métaboliques Year : 2017

Binge Eating Disorder in 2017: From impulsitivity to compulsivity, the new advances from DSM-5

Le Binge Eating Disorder en 2017 : de l’impulsivité à la compulsivité, les ouvertures du DSM-5

Abstract

The DSM-5 (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders - Fifth Edition) recognized Binge eating disorder (BED) as a distinct eating disorder. The objective of this review is to describe the diagnostic and severity criteria for BED, and to analyze the potential links with addiction. A sense of loss of control over eating and marked distress have been shown to be a core feature of BED. We propose to identify individuals with subthreshold BED, defined by a lower binge eating frequency or by a smaller amount of food consumed during the binge episode (subjective binge), because they exhibit eating disorder patterns (including loss of control and distress) and psychiatric symptoms, similar to those of subjects with full-BED syndrome. This subthreshold BED can represent a phase of an eating disorder in individuals who fulfilled criteria for BED at other times. Although it could be also a less severe disorder in terms of presentation and treatment outcomes, empirical evidence supports the legitimacy of a continuum from subthreshold BED to severe BED. In both cases, emotional eating, defined as eating or overeating in response to negative emotions, is the first symptoms. Traits of impulsivity or compulsivity and altered reward sensitivity are reported both in BED and in addictions. Neuroimaging studies suggest there are corticostriatal circuitry alterations in BED similar to those observed in substance abuse. So, in our opinion BED is a useful and valid phenotype, distinct from obesity that could be considered in the near future as a behavioral addiction.
La 5e édition du manuel Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM-5) a reconnu le Binge eating disorder (BED), ou accès hyperphagiques récurrents, comme un trouble des conduites alimentaires à part entière. L’objectif de cette revue est de décrire les critères diagnostiques et de sévérité du BED, et d’analyser les possibles liens avec les addictions. Le sentiment de perte de contrôle et la souffrance marquée à l’occasion de la crise alimentaire constituent les éléments clés du BED. Nous souhaitons également définir le concept de « compulsions subsyndromiques » : les crises alimentaires ne répondent pas complètement aux critères du BED, soit pour la fréquence, soit pour la quantité d’aliments ingérés (binges subjectifs), mais le contexte psychologique général et les conséquences (perte de contrôle et souffrance) sont globalement les mêmes qu’en présence du syndrome complet. En fonction des évènements de vie plus ou moins stressants, le sujet peut présenter des compulsions subsyndromiques ou un BED. Même si le tableau et le pronostic semblent moins sévères dans le premier cas, nous défendons l’idée d’un continuum, dont l’alimentation émotionnelle est le premier élément de réponse. Impulsivité, compulsivité, et dysrégulation du système de récompense ont été mises en cause dans la genèse du BED, comme dans les troubles addictifs. Les études de neuro-imagerie suggèrent que les mêmes aires cérébrales sont impliquées. Le BED est donc, pour nous, un phénotype, validé et utile, distinct de l’obésité, qui pourrait être inclus prochainement dans les addictions comportementales.
No file

Dates and versions

hal-03019984 , version 1 (23-11-2020)

Identifiers

Cite

Olivier Ziegler, Joris Mathieu, Philippe Böhme, Pierrette Witkowski. Le Binge Eating Disorder en 2017 : de l’impulsivité à la compulsivité, les ouvertures du DSM-5. Médecine des Maladies Métaboliques, 2017, 11 (3), pp.237-245. ⟨10.1016/S1957-2557(17)30063-9⟩. ⟨hal-03019984⟩
112 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More