Les pratiques de formation dans l’intérim : formes, évolutions et limites - Université de Lorraine Access content directly
Journal Articles Travail et Emploi Year : 2012

Les pratiques de formation dans l’intérim : formes, évolutions et limites

Abstract

Cet article s’intéresse aux politiques de formation dans l’intérim en France. En 1983 cette branche s’est dotée d’un Fonds d’assurance formation, et depuis lors, le cadre institutionnel de la formation a été négocié entre les partenaires sociaux. L’intérim s’est approprié des dispositifs de formation de droit commun (en particulier la formation en alternance) en les adaptant puis a élaboré les siens. Ce cadre a permis l’impulsion à la fois de la croissance du nombre d’actions de formation et de celle de la dépense financière. La dégradation de la conjoncture économique à partir de 2008 a eu des effets extrêmement négatifs sur les pratiques de formation. D’après les données analysées, les formations sont en tendance de courte, voire de très courte durée. Les formations longues sont réservées aux intérimaires les plus expérimentés et quasi-permanents. Pour partie, ceci s’explique par le mode de fonctionnement de la branche et les formes d’usage de la main-d’œuvre intérimaire.

Dates and versions

hal-03087306 , version 1 (15-06-2021)

Identifiers

Cite

Rachid Belkacem, Hervé Lhotel. Les pratiques de formation dans l’intérim : formes, évolutions et limites. Travail et Emploi, 2012, 2012/4 (132), pp.49-63. ⟨10.4000/travailemploi.5844⟩. ⟨hal-03087306⟩

Collections

2L2S UNIV-LORRAINE
26 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More