Le genre du pèlerinage de vie humaine de Guillaume de Digulleville à Jean-Pierre Camus ou les ambiguïtés de la fiction et de l’allégorie - Université de Lorraine Access content directly
Book Section Year : 2020

Le genre du pèlerinage de vie humaine de Guillaume de Digulleville à Jean-Pierre Camus ou les ambiguïtés de la fiction et de l’allégorie

Abstract

Ces oeuvres, bien qu'antérieures au terminus a quo de ce volume, constituent un ensemble fondateur en matière d'itinérance spirituelle et de narration allégorique, autrement appelée allégorèse, où l'allégorie se déploie moins comme lecture que comme écriture 2 : elles se situent ainsi à la croisée entre 1 On connaît mal Guillaume de Digulleville (1295-après 1358). L'étude d'Edmond Faral (« Guillaume de Digulleville », Histoire Littéraire de la France, t. 39, 1952, p. 1-132) reste à ce jour la plus complète. 2 Nous suivons sur ce point la définition qu'en donne Paul Zumthor : « […] complémentaire de l'allégorie, l'allégorèse suit le mouvement inverse : partant d'une vérité morale, elle engendre, des éléments de celle-ci, une littera. […] Mais la littera, constituée par métaphore, s'articule autour de Noms, soit emblématiques (Vénus, ou Renard), soit, plus typiquement, formés par personificatio. Le Nom réfère directement au sens allégorique, de sorte que vérité et métaphore s'épaulent l'une l'autre, fondant la signification ultime du discours à la fois sur des formes posées comme substantielles et sur une histoire. […] dans l'allégorèse, le sensus allegoricus, en s'intégrant à un discours qui se fait, assume les catégories de lieu et de temps. C'est pourquoi toute allégorèse implique un récit, au moins virtuel, comporte un dynamisme signifiant produit moins par les actants comme tels que par l'action qui, tour à tour, les disjoint et les conjoint. Les actants en effet, parce que Noms propres, fonctionnent comme des signes isolés, aux valeurs immuables, tandis même que, dans l'enchaînement du discours, ils signifient par le récit : du sémiotique au sémantique subsiste un accord dont la béance appelle, de la part du lecteur, une interprétation » (« Allégorie et allégorèse », Le Masque et la lumière, la poétique des grands rhétoriqueurs, Paris, Seuil, 1978, p. 80). La distinction entre allégorie comme figure verticale et allégorèse comme production, comme écriture d'un récit horizontal et vertical à la fois, est extrêmement utile, dans la mesure où elle permet de desserrer les liens étroits de l'invention et de l'interprétation, donc de se dégager du seul point de vue de l'intentio lectoris. Nous exclurons donc ici l'équivalence sémantique d'« allégorèse »
Fichier principal
Vignette du fichier
Itinérances spirituelles 2020_Spica.pdf (319.08 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Explicit agreement for this submission

Dates and versions

hal-03087409 , version 1 (07-01-2021)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03087409 , version 1

Cite

Anne-Elisabeth Spica. Le genre du pèlerinage de vie humaine de Guillaume de Digulleville à Jean-Pierre Camus ou les ambiguïtés de la fiction et de l’allégorie. Inès Kirschleger; Françoise Poulet. Itinérances spirituelles : mises en récit du voyage intérieur (XVe-XVIIIe siècle), Honoré Champion, pp.45-70, 2020, 9782745354471. ⟨hal-03087409⟩
78 View
215 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More