La résurgence des interrogations relatives à la représentativité des élus lors de la campagne présidentielle de 2017 - Université de Lorraine Access content directly
Journal Articles Civitas Europa Year : 2017

La résurgence des interrogations relatives à la représentativité des élus lors de la campagne présidentielle de 2017

Abstract

Given the frequent election campaign remarks, elected representatives suffer a lack of representativeness. They would not resemble the people they represent and would belong to a closed circle. This circle should be rendered open, as well as political and working class permeable, with the goal that elected representatives in parliamentary assemblies mirror their voters. The 2017 presidential election candidates’ programs help understanding the representativeness flaws they identify and offer a set of institutional propositions to try to correct them. Aiming mostly at the National Assembly composition, this wish for representativeness rely on the necessity that an elected assembly be representative, meaning that it includes the different visible components of the society. Added to this ambition is the will of a civil society representation understood as distinct from a political society that would be professionalized. Cures proposed by presidential election’s candidates are mainly resorting to proportional representation or at least partly, and forbidding holding multiple offices simultaneously or successively, also in a lesser extent, quotas’ implementation, random draw or a specific assembly representing civil society. However, the acceptation of a certain elected people representativeness affects representation and therefore weakens the representative regime to which electors agree, at least tacitly. The necessary unity of a state and the diversity of its population order a sensitive institutional accommodation. Indeed, the principal of a representative democracy leads to constitutionally ignore the social diversity and the communities within the nation. It is so because of reasons tied to the principal itself of representation, which is built on the fact the elected person is selected by the nation with no regards for its distinctive characteristics, whether they are social, professional, cultural, sexual, linguistic, religious, community, geographical or others. It is also because the research of an institutionalization of national elected members representativeness is eventually vain (decomposition of a society is an endless exercise) or risky (a society can end up divided between communities as a result). Furthermore, the voter would probably rather promote political ideas in the assembly than the individual which embodies them.
Au vu de fréquents propos de campagnes électorales, les élus souffriraient d’un déficit de représentativité. Ils ne ressembleraient pas au peuple qu’ils représentent et appartiendraient un cercle fermé. Il faudrait donc ouvrir ce cercle, rendre les sphères politique et populaire perméables, avec l’objectif qu’au sein des assemblées parlementaires les élus soient à l’image de leurs électeurs. Les programmes des candidats à l’élection présidentielle de 2017 renseignent sur les défauts de représentativité qu’ils identifient et offrent un éventail des propositions institutionnelles tentant d’y remédier. Visant principalement la composition de l’Assemblée nationale, ce souhait de représentativité s’appuie sur la nécessité qu’une assemblée d’élus soit représentative c’est-à-dire qu’elle comprenne en son sein les différentes composantes apparentes de la société. S’ajoute à cette ambition, la volonté d’une représentation de la société civile entendue comme distincte d’une société politique qui serait professionnalisée. Les remèdes proposés par les candidats à l’élection présidentielle sont principalement le recours à la représentation proportionnelle, au moins en partie, et au non cumul des mandats, simultanés ou successifs, et dans une moindre mesure l’instauration de quotas, du tirage au sort ou d’une assemblée représentant la société civile. Cependant l’acceptation d’une certaine représentativité des élus affecte la représentation et donc fragilise le régime représentatif auquel adhèrent au moins tacitement les électeurs. La nécessaire unité d’un État et la diversité de sa population imposent un aménagement institutionnel délicat. En effet, le principe de la démocratie représentative conduit à ignorer constitutionnellement la diversité sociale et les communautés infra nationales. Ceci pour des raisons liées au principe même de la représentation, qui suppose que l’élu soit l’élu de la nation sans égard à ses particularités sociales, professionnelles, culturelles, sexuelles, linguistiques, religieuses, communautaires, géographiques ou autres. Également, du fait du caractère finalement vain (la décomposition de la société est un exercice infini) ou risqué (une communautarisation de la société peut en résulter) de la recherche d’une institutionnalisation de la représentativité des élus nationaux. De plus, l’électeur préfère sans doute promouvoir à l’assemblée davantage des idées politiques que l’individu qui les incarne.
No file

Dates and versions

hal-03119737 , version 1 (25-01-2021)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

Cite

André Moine. La résurgence des interrogations relatives à la représentativité des élus lors de la campagne présidentielle de 2017. Civitas Europa, 2017, 39, pp.181-201. ⟨10.3917/civit.039.0181⟩. ⟨hal-03119737⟩
18 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More