Le « macronisme » et la fin des partis traditionnels ? - Université de Lorraine Access content directly
Other Publications Civitas Europa Year : 2017

Le « macronisme » et la fin des partis traditionnels ?

Abstract

For different reasons, but most often linked to the April-May 2017 presidential election, traditional political parties seem to be struggling. Observers have seen a long-dying Communist Party, a Socialist Party in agony, The Republicans well ill, the National Front under perfusion and “Debout La France” put under attack after a “suicide attempt” between the two round of the presidential election. Causus - first on the right, then on the left - have sometimes deprived parties which, according to article 4 of the Constitution of 1958, must nevertheless contribute “to the expression of suffrage. They form and carry out their activities freely. They must respect the principles of national sovereignty and democracy”. The arrival of Emmanuel Macron at the Elysee further disrupted the partisan system. For the first time in a long time, a candidate not invested by a government party imposed itself in a presidential election. Worse, those who have alternated in power over the previous decades, PS and LR, failed to qualify for the second round, leaving the final confrontation between the far-right candidate and the victor who claimed his absence of implantation on the right or on the left. Since the defeat in the June 2017 legislative elections, there has been a clear lack of budget. Subventions by the State is founded on the votes (the first part of the public funding of the political parties) and on the parliamentarians (second part). The will to go beyond the right/left divide has finally helped to detonate the benchmarks and the organizations. The rallies to the new presidential majority, coming from the UDI, the PS or LR, disrupted the movements. One can almost,wonder about the current relevance of the old right/left cleavage undermined by the April, May and June 2017 elections. With this partisan evolution, do we not return to the very foundations of the Fifth Republic? In 1958, General de Gaulle had founded the hope that the new institutions would lead to the virtual disappearance of the ubiquitous political parties under the previous regime. The constitutional reform of 1962 went in this direction, the presidential election by direct universal suffrage had to provoke the encounter between a man and the people without intermediate corps. But very soon, the parties became “presidential stable” and became indispensable. Without the parties, a candidate had little chance of winning a presidential competition. The examples of Raymond Barre in 1988 or Edouard Balladur in 1995 were blatant. In 2017, a reversal is necessary. We can now ask ourselves the question of the place of parties, or even of their survival, in political life.
Pour des raisons différentes, mais le plus souvent liées à l’élection présidentielle d’avril-mai 2017, les partis politiques traditionnels semblent bien en peine. Les observateurs voient un Parti communiste en mort clinique depuis longtemps, un Parti socialiste à l’agonie, Les Républicains bien malades, le Front national sous perfusion et Debout La France mis à mal après une « tentative de suicide » entre les deux tours de la présidentielle. Les primaires – de droite d’abord, puis de gauche – ont parfois vidé de leur substance les partis qui, selon l’article 4 de la Constitution de 1958 doivent pourtant concourir « à l’expression du suffrage. Ils se forment et exercent leurs activités librement. Ils doivent respecter les principes de la souveraineté nationale et de la démocratie ». L’arrivée à l’Elysée d’Emmanuel Macron a encore plus perturbé le système partisan. Pour la première fois depuis longtemps, un candidat non investi par un parti de gouvernement s’est imposé dans une élection présidentielle. Pire, ceux qui ont alterné au pouvoir au fil des décennies précédentes, PS et LR, ne sont pas parvenus à se qualifier pour le second tour, laissant l’affrontement final se jouer entre la candidate d’extrême droite et le vainqueur qui revendiquait son absence d’implantation à droite ou à gauche. Au traditionnel faible nombre d’adhérents des partis français s’ajoute depuis la défaite aux législatives de juin 2017, un évident manque budgétaire, les suffrages (première fraction du financement public des partis politique) et les parlementaires (seconde fraction) conditionnant l’apport financier de l’État. La volonté de dépassement du clivage droite/gauche a enfin contribué à faire exploser les repères et les organisations. Les ralliements à la nouvelle majorité présidentielle, venus de l’UDI, du PS ou de LR, ont perturbé les mouvements. On peut presque s’interroger sur la pertinence actuelle du vieux clivage droite/gauche mis à mal par les scrutins d’avril, mai et juin 2017. Avec cette évolution partisane, ne revient-on pas aux fondements même de la Cinquième République ? En 1958, le général de Gaulle avait fondé l’espoir que les institutions nouvelles allaient entraîner la quasi-disparition des partis politiques omniprésents sous la le régime précédent. La réforme constitutionnelle de 1962 allait dans ce sens, l’élection présidentielle au suffrage universel direct devait provoquer la rencontre entre un homme et le peuple sans que des corps intermédiaires n’interviennent outre mesure. Mais très vite, les partis se sont transformés en « écurie présidentielle » et se sont rendus indispensables. Sans les partis, un candidat n’avait que peu de chances de s’imposer dans une compétition présidentielle. Les exemples de Raymond Barre en 1988 ou d’Edouard Balladur en 1995 étaient flagrants. En 2017, un constat inverse s’impose. On peut désormais se poser la question de la place des partis, voire de leur survie, dans la vie politique.
No file

Dates and versions

hal-03177771 , version 1 (23-03-2021)

Licence

Identifiers

Cite

Thierry Choffat. Le « macronisme » et la fin des partis traditionnels ?. n° 39, 2017, pp.161-180. ⟨10.3917/civit.039.0161⟩. ⟨hal-03177771⟩
19 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More