Le Mémorial de l’Alsace-Moselle et le « Mur des noms » ou de la difficulté à créer une mémoire « consensuelle » - Université de Lorraine Access content directly
Journal Articles Guerres mondiales et conflits contemporains Year : 2019

Le Mémorial de l’Alsace-Moselle et le « Mur des noms » ou de la difficulté à créer une mémoire « consensuelle »

Abstract

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, l’Alsace et la Moselle, annexées par le IIIe Reich, connaissent un destin spécifique qui se reflète notamment par l’incorporation de force dans l’armée allemande et les Waffen SS. Après le combat pour les indemnisations matérielles, les associations s’emploient, à partir de la fin des années 1990, à obtenir une reconnaissance morale. Les « Malgré-nous » et « Malgré-elles » ne veulent plus être des « soldats honteux ». C’est dans ce contexte qu’est construit, en 2005, le Mémorial de l’Alsace-Moselle. L’article analyse en quoi cette politique « mémorielle » est essentiellement le fait des acteurs locaux. L’exigence d’une certaine forme de repentance de la part de l’État, nourrie par une vie politique régionale encore imprégnée par les douleurs rentrées du passé et parfois des revendications identitaires, a toutefois été ignorée jusqu’à la présidence Sarkozy en 2008-2009 alors qu’est discuté le projet d’un Mur des noms en la mémoire de toutes les victimes civiles et militaires du second conflit mondial en Alsace-Moselle. L’article montre pourquoi la polémique a eu raison du projet jusqu’à aujourd’hui.
No file

Dates and versions

hal-03206700 , version 1 (23-04-2021)

Identifiers

Cite

Jean-Noël Grandhomme. Le Mémorial de l’Alsace-Moselle et le « Mur des noms » ou de la difficulté à créer une mémoire « consensuelle ». Guerres mondiales et conflits contemporains, 2019, 276 (4), pp.11-23. ⟨10.3917/gmcc.276.0011⟩. ⟨hal-03206700⟩
58 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More