Friedrich Schlegel et la peinture : la peinture est poésie - Université de Lorraine Access content directly
Journal Articles Revue de littérature comparée Year : 2016

Friedrich Schlegel et la peinture : la peinture est poésie

Abstract

Le roman de Novalis Heinrich von Ofterdingen, texte emblématique du premier romantisme allemand, illustre la volonté des poètes regroupés autour de l’Athenäum de rivaliser avec Goethe en créant un roman authentiquement romantique en réponse au Wilhelm Meister, auquel est reproché de trahir la poésie en s’achevant sur le renoncement de Wilhelm à toute activité théâtrale au profit d’une intégration utile dans la société. Novalis oppose à ce récit de formation goethéen un récit initiatique dans lequel le personnage éponyme devient, au terme d’un voyage entre Eisenach et Augsburg, le poète qu’il est destiné à devenir dès le rêve par lequel s’ouvre le récit. Œuvre poétique où la poésie s’autodéfinit et s’autocélèbre, la partie achevée du roman, intitulée L’Attente, peut être considérée, avec Sternbald de Tieck, comme un des premiers exemples du roman d’artiste.
No file

Dates and versions

hal-03252382 , version 1 (07-06-2021)

Identifiers

Cite

Alain Muzelle. Friedrich Schlegel et la peinture : la peinture est poésie. Revue de littérature comparée, 2016, 358 (2), pp.138-147. ⟨10.3917/rlc.358.0138⟩. ⟨hal-03252382⟩
18 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More