Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Nom collectif, syntagme défini pluriel : enjeux sémantiques et argumentatifs de la référence plurielle

Résumé : On se fondera ici sur une appréhension de la référence comme une relation entre un élément linguistique et un extérieur à cet élément, le référent – le référent lui-même étant, non pas directement un objet du monde, mais une représentation, médiée et parfois créée par le langage, en discours. Par ailleurs, ce qui est susceptible d’être pris en charge par la référence recouvre selon nous de multiples modes d’existence et de réalité (réalités matérielles, idéelles, sociales, simples ou complexes, réalités de langage – signes ou énoncés). On n’en souscrit pas moins à ce que Kleiber (1997), se référant à Searle, nomme « l’axiome d’existence » (« Tout ce à quoi on réfère doit exister », Searle 1972), mais il faut souligner qu’il y a différentes manières d’exister (par exemple sur la base d’un consensus social), l’existence réelle d’un côté, fictionnelle de l’autre étant les deux pôles les plus simples de la question. La référenciation est alors l’acte d’énonciation qui prend en charge cette existence, selon une sorte de « contrat ». Dans ce cadre, on s’intéressera aux formes à sens pluriel (plus précisément des noms collectifs humains (Ncoll-H) et des syntagmes définis pluriel (en [les + Npl]) désignant des humains), d’un point de vue sémantico-référentiel et en tant que ces formes peuvent être porteuses d’enjeux argumentatifs ou, plus largement, rhétoriques. Dans notre perspective, la nomination de réalités (ou supposées réalités) par des formes à sens pluriel ne répond pas nécessairement à une « visée argumentative », mais possède bien une « dimension argumentative », selon la distinction posée par Amossy (2000), en ce sens qu’elle est à même de « modifier les représentations de l’interlocuteur et de lui faire partager une vision des choses ». En ne postulant pas de visée argumentative, nous ne nous attacherons donc pas ici à l’éventuelle intention argumentative d’un énonciateur individuel, mais plutôt à l’emploi banalisé de mots dans un cadre collectif qui dépasse les individus. La recherche présentée se centrera sur ce qui, dans la sémantique des formes plurielles sélectionnées, peut donner lieu à usage rhétorique, lors de l’acte de référenciation. Nous chercherons également à tester ce qui est commun aux deux types de formes – Ncoll-H et SN définis pluriel – et spécifique à l’un d’eux. Des points de vue qui nous occupent (voir infra), tous les Ncoll-H ne partagent pas les mêmes propriétés ; de même, tous les SN définis pluriel ne fonctionnent pas de manière équivalente, selon le sens du nom utilisé : notre corpus, composé de textes politiques et journalistiques, est centré sur les Français, mais il y aurait lieu de tester également des noms de catégories sociales par exemple (e.g. les immigrés, les pauvres). Dans un premier temps, nous proposons de détailler les « comportements » référentiels des deux types de formes au regard de ce qui semble posséder une dimension argumentative. Plusieurs questions d’ordre sémantico-référentiel répertoriées dans la littérature sont concernées : outre les effets d’emphase et de globalisation, qui peuvent s’attacher à des Ncoll-H (la jeunesse, le peuple, (tout) le monde) et à des SN définis pluriel, on mentionnera le flou référentiel, partagé par les deux catégories (cf. les Ncoll-H mouvance, mouvement, nébuleuse). L’appréhension indépendante du tout (le groupe) et des éléments concerne les deux catégories, et les apparente à des noms de rôles (voir Kleiber 1981) pour lesquels l’existence et l’identité du rôle (pape, président – ici, le groupe : par exemple élite, société civile pour les Ncoll-H) est indépendante de celle de l’individu qui exerce le rôle – ici les éléments du groupe. Les deux catégories sont concernées, quoique différemment, par l’usage de la présupposition d’existence (voir Paissa 2018) – existence d’un groupe constitué, existence de tel groupe (voir, pour les Ncoll-H, majorité silencieuse, opinion publique, grand public). Enfin, la référenciation par un Ncoll-H a parfois une valeur prédicative (par exemple par anaphore), lorsque l’emploi du Ncoll-H fonde discursivement le rassemblement d’individus épars – rassemblement sous un certain point de vue (e.g. groupuscule, bande, nébuleuse) – propriété comparativement non pertinente pour les SN définis pluriel.Une fois ces catégories d’analyse explorées et distinguées, nous proposerons, dans un deuxième temps, une analyse en discours de certains procédés argumentatifs reposant sur l’emploi de les Français.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-03286579
Contributor : Michelle Lecolle <>
Submitted on : Wednesday, July 14, 2021 - 7:22:38 PM
Last modification on : Friday, September 3, 2021 - 12:07:36 PM

Identifiers

  • HAL Id : hal-03286579, version 1

Citation

Michelle Lecolle. Nom collectif, syntagme défini pluriel : enjeux sémantiques et argumentatifs de la référence plurielle. Colloque Langue et Discours 2021 La référence : (co-)construction et exploitation, Université Grenoble-Alpes, Mar 2021, Grenoble, France. ⟨hal-03286579⟩

Share

Metrics

Record views

29