Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Le dépistage du cancer broncho-pulmonaire

Résumé : Le cancer broncho-pulmonaire est défini par deux grands sous-types étant le cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) et le cancer bronchique à petites cellules (CBPC). Le cancer du poumon est un des cancers les plus fréquents, mais aussi un des plus meurtriers en France et dans le monde. Ceci malgré des traitements de plus en plus nombreux et perfectionnés, à l'image des protocoles de chimiothérapies ou des thérapies ciblées apparues ces dernières années, mais aussi des innovations dans le domaine de la radiothérapie. Le poumon étant un organe qualifié de non douloureux, le diagnostic de cancer est établi trop souvent à un stade avancé. En France, certains cancers font l'objet de campagnes de dépistages, à l'image de celui du sein. Le cancer bronchique ne bénéficie pas de ce type de promotion, dans la mesure où aucune technique de dépistage précise et fiable n'a pour le moment pu être définie comme étant celle de référence. Pourtant en 2014, un projet de dépistage du cancer broncho-pulmonaire à partir de la tomodensitométrie faible dose (TDFD) avait été soumis à la Haute Autorité de Santé (HAS). Projet qui fut rejeté en raison du manque de définition des paramètres d'inclusions de la population ou encore des méthodes d'exploitation des données. Malgré tout le dépistage du cancer pulmonaire fait l'objet de nombreuses études. Des techniques d'imagerie plus innovantes et moins irradiantes voient le jour à l'image de la TDFD ou encore de la fibroscopie auto-fluorescente. Mais aussi des méthodes basées sur l'utilisation d'échantillons sanguins afin de rechercher des cellules tumorales circulantes (CTC), des anticorps spécifiques, des microARN ou encore réaliser des séquençages. La mesure de la concentration plasmatique de protéasome ou encore de nucléosome étant également une piste, tout comme la détection du Sodium Glucose Transporter 2 (SGLT2), ou l'étude de la méthylation de l'ADN. D'autres techniques s'orientent vers la détection du cancer bronchique via l'étude des cellules buccales ou des expectorations bronchiques. Sans oublier le souffle et la détection de Volatile Organic Compounds (VOCs), en s'appuyant sur la précision du flair canin, inspirant même des dispositifs de détection tel que le « Na-Nose ». Pour finir une enquête réalisée auprès de résidents de Lorraine et du Luxembourg a mis en évidence un avis favorable de la population à la mise en place d'un dépistage du cancer bronchique, mais sans toutefois lui donner priorité par rapport aux autres cancers. Il est certain qu'à partir du moment où le cancer broncho-pulmonaire sera fréquemment détecté à un stade précoce, plusieurs milliers de vie seront alors sauvées.
Document type :
Master thesis
File URL :
http://docnum.univ-lorraine.fr/ulprive/BUPHA_T_2019_GIANNELLI_ANABELLE.pdf
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-03297910
Contributor : Thèses d'Exercice Ul <>
Submitted on : Friday, July 23, 2021 - 2:52:47 PM
Last modification on : Saturday, July 24, 2021 - 3:40:02 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-03297910, version 1

Citation

Anabelle Giannelli. Le dépistage du cancer broncho-pulmonaire. Sciences pharmaceutiques. 2019. ⟨hal-03297910⟩

Share

Metrics

Record views

5