Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Comparaison du micro-environnement tumoral de tumeurs bronchiques non à petites cellules et de métastases cérébrales : implications pour l'immunothérapie

Résumé : INTRODUCTION : Les métastases cérébrales (MC) dans les cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC) sont associées à un mauvais pronostic et à une résistance au traitement systémique. La caractérisation du micro-environnement immunitaire des MC permettrait de fournir un rationnel à l'utilisation de l'immunothérapie et d'aider à l'identification de nouvelles cibles thérapeutiques. MATÉRIELS ET MÉTHODES : 85 MC de CBNPC avancés naïfs de tout traitement et 14 tumeurs primaires pulmonaires appariées ont été collectées. L'expression de 770 gènes impliqués dans laréponse immunitaire a été évaluée par le panel PanCancer IO360 (NanoString Technologies, Inc). Les données ont été comparées entre MC et tumeurs primitives. La réponse objective aux anti-PD-1 a été évaluée selon les critères RECIST 1.1. RÉSULTATS : L'environnement immunitaire tumoral des MC était plus « froid » comparativement aux CBNPC primitifs, avec 92% des MC dans le cluster « froid » et 58% des tumeurs primaires dans le cluster « chaud ». L'expression de gènes caractérisant les différents types de cellules immunitaires étaient réprimés dans les MC par rapport aux tumeurs primitives, notamment pour les lymphocytes B (-1,7 log2 FC, p < 0,001), les mastocytes (-2,7 log2 FC, p < 0,001) et les lymphocytes T (-1,3 log2 FC, p < 0,001). L'expression des gènes associées aux lymphocytes cytotoxiques, aux voies IFN-γ, IDO1, CTLA-4, PD-L2, TIGIT et PD-1 étaient plus faibles dans les MC. En analyse pairée, la chimiokine CCL21 était le gène le moins exprimé dans les MC (-4,7 log2 FC, p < 0,001). La signature immunitaire tumorale était corrélée à la réponse à l'immunothérapie dans les MC (AUC=0,824). La répression de l'expression de RAD50 (-0,76 log2 FC, p < 0,001) et de P4HA2 (-1,08 log2 FC, p = 0,006) étaient associées à la réponse à l'immunothérapie par anti-PD-1. CONCLUSION : L'environnement immunitaire tumoral des MC était plus « froid » comparativement aux CBNPC primitifs, avec 92% des MC dans le cluster « froid » et 58% des tumeurs primaires dans le cluster « chaud ». L'expression de gènes caractérisant les différents types de cellules immunitaires étaient réprimés dans les MC par rapport aux tumeurs primitives, notamment pour les lymphocytes B (-1,7 log2 FC, p < 0,001), les mastocytes (-2,7 log2 FC, p < 0,001) et les lymphocytes T (-1,3 log2 FC, p < 0,001). L'expression des gènes associées aux lymphocytes cytotoxiques, aux voies IFN-γ, IDO1, CTLA-4, PD-L2, TIGIT et PD-1 étaient plus faibles dans les MC. En analyse pairée, la chimiokine CCL21 était le gène le moins exprimé dans les MC (-4,7 log2 FC, p < 0,001). La signature immunitaire tumorale était corrélée à la réponse à l'immunothérapie dans les MC (AUC=0,824). La répression de l'expression de RAD50 (-0,76 log2 FC, p < 0,001) et de P4HA2 (-1,08 log2 FC, p = 0,006) étaient associées à la réponse à l'immunothérapie par anti-PD-1.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-03298360
Contributor : Thèses d'Exercice Ul <>
Submitted on : Friday, July 23, 2021 - 3:31:41 PM
Last modification on : Saturday, July 24, 2021 - 3:40:01 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-03298360, version 1

Citation

Aurélien Brindel. Comparaison du micro-environnement tumoral de tumeurs bronchiques non à petites cellules et de métastases cérébrales : implications pour l'immunothérapie. Sciences pharmaceutiques. 2019. ⟨hal-03298360⟩

Share

Metrics

Record views

5