Skip to Main content Skip to Navigation
Master thesis

Valeur pronostique des sous-types de mutations de KRAS dans les adénocarcinomes pulmonaires en récidive traités par immunothérapie dans une cohorte française rétrospective

Résumé : INTRODUCTION : L'immunothérapie est le standard de traitement en 2ème intention des carcinomes bronchiques non à petites cellules. L'objectif de ce travail est d'évaluer si les différents sous-types de mutations du gène KRAS sont des facteurs pronostiques de réponse à l'immunothérapie chez les patients porteurs d'un adénocarcinome pulmonaire en récidive. MÉTHODES : Etude rétrospective, multicentrique, de patients porteurs d'adénocarcinomes pulmonaires de stade III ou IV, en récidive après une première ligne de chimiothérapie, dont le statut mutationnel était connu, et traités par immunothérapie entre 2015 et 2018. Les critères de jugement étaient la survie globale (SG), la survie sans progression (SSP), la réponse tumorale selon les critères RECIST, et la tolérance du traitement. RÉSULTATS : Parmi les 674 patients, 248 (36,8%) avaient une tumeur avec une mutation KRAS, essentiellement du codon 12 (n=240, 96,8%), avec une majorité de mutations G12C (n=112, 45,2%) et G12V (n=60, 24,2%). Les groupes KRAS muté et wild-type (WT) étaient comparables en terme d'âge (âge médian de 64,04 ans) et de sexe (65,9% d'hommes). Le groupe de patients avec une tumeur KRAS muté présentait moins de cancers de stade IV (n=212, 85,5%) et de métastases cérébrales (n=52, 21%) que le groupe WT (stade IV : n=402, 94,4%, P<0,001 ; métastases cérébrales : n=156, 36,6%, P<0,001), mais avait un Performans Status plus élevé (P=0,001). Les médianes de SG et de SSP de la cohorte étaient de 15 et 12 mois respectivement. Les SG et SSP médianes étaient plus longues dans le groupe avec tumeur mutée KRAS (SG: 21 mois; SSP: 15 mois) comparé au groupe WT (SG: 13 mois, P=0,009; SSP: 3 mois, P=0,01). Les patients avec les mutations KRAS G12V (n=60, 24,2%) et G12C (n=112, 45,2%) avaient de meilleures SG et SSP (G12V: SG: 28 mois, SSP: 17 mois; G12C: SG: 23 mois, SSP: 11 mois) que les patients WT (SG: 13 mois, P<0,0001; SSP: 3 mois, P<0,0001), et que les patients mutés KRAS G13X (SG : 1 mois, P<0,0001 ; SSP : 0 mois, P<0,0001). Le taux de réponse objective à l'immunothérapie était meilleure dans le groupe KRAS comparé au groupe WT (27,9% vs 20,9%, P=0,05), notamment pour les mutants KRAS G12V (OR: 5,75 (95% CI: 2,29 – 8,30), P=0,02) et G12C (OR: 4,33 (95% CI: 2,23 – 8,80), P=0,01). La tolérance de l'immunothérapie était similaire chez les patients KRAS muté et WT. CONCLUSION : Les transversions G12V et G12D de KRAS seraient un facteur prédictif et pronostique chez les patients présentant un adénocarcinome pulmonaire traités par immunothérapie en récidive après au moins une première ligne de chimiothérapie.
Document type :
Master thesis
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-03298378
Contributor : Thèses d'Exercice Ul <>
Submitted on : Friday, July 23, 2021 - 3:32:15 PM
Last modification on : Saturday, July 24, 2021 - 3:40:00 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-03298378, version 1

Citation

Julia Ruuth-Praz. Valeur pronostique des sous-types de mutations de KRAS dans les adénocarcinomes pulmonaires en récidive traités par immunothérapie dans une cohorte française rétrospective. Sciences pharmaceutiques. 2019. ⟨hal-03298378⟩

Share

Metrics

Record views

21