Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Progresser en apnée dans un univers sensoriel inédit

Abstract : Au quotidien, et plus encore dans le domaine des activités physiques et sportives, les objets connectés permettant la quantification du corps et de son activité occupent une place grandissante (Dagiral, 2019). Parallèlement, les pratiques physiques orientées vers la conscience de soi se développent, fréquemment inspirées de pratiques orientales telles que la méditation, le qigong, le yoga et les arts martiaux, témoignant de « l’émergence d’une conscience corporelle culturellement métissée » (Chenault, Hamard, Hilpron, Grison, 2013 : 181). Ce sont finalement deux lectures du corps qui cohabitent aujourd’hui : une lecture technologique des paramètres corporels révélant un enjeu de « piloter son corps plutôt que le vivre » (Verchère, 2016) ; une lecture incarnée, orientée vers la prise en compte des ressentis, des sensations corporelles. Vigarello (2014) dans son analyse historique de la perception, montre que cette attention à l’intériorité corporelle n’est pas nouvelle, mais qu’elle imprègne de plus en plus largement notre société. Nous serions passés d’un « je pense donc je suis » à un « je sens donc je suis ». Cette tendance à une plus grande écoute de son corps imprègne l’éducation physique (Paintendre, Schirrer & Andrieu, 2019), qui dans ses programmes actuels, ambitionne d’amener les élèves à : « acquérir de nouveaux repères sur soi » , « verbaliser les émotions et sensations ressenties » , « identifier des effets sur l’organisme et sur soi » . L’apnée rencontre quant à elle un fort engouement. Hier réservée à quelques intrépides passionnés du Grand Bleu, elle s’ouvre aujourd’hui à un large public. L’observateur extérieur peut y voir des pratiquants qui explorent voire dépassent leurs limites, frôlant parfois avec la démesure et la syncope. Pourtant, l’engouement actuel pour l'apnée semble lié à la détente, la relaxation, l’exploration du milieu et de soi-même que cette pratique autorise. Les pratiquants se tournent, en la valorisant, vers l’écoute de leur intériorité (Schirrer, 2015) par une interprétation de sensations corporelles souvent inédites. L’analyse des discours des pratiquants montre qu’elle apparaît comme un moyen d'exploration de soi. L'apnée est une pratique qui élargit ou plutôt redessine la « carte des sens » des individus, par la prédominance de la proprioception. La profondeur de son corps (et de son être) est découverte par l’immersion aquatique en apnée, qui favorise l’émersion de sensations nouvelles, l’introspection et la potentialisation de ressources inédites (Raveneau, 2015 ; Schirrer, 2015). La pratique de l'apnée permettrait la conquête d'un nouveau soi corporel en entraînant le pratiquant dans un univers sensoriel inédit. C’est dans ce contexte que nous avons cherché à mieux comprendre cette pratique, en nous tournant vers les apprentissages d’apnéistes ordinaires. En effet, progresser en apnée suppose notamment d’apprendre à écouter les signes subtils ou violents envoyés par le corps. Notre recherche analyse les stratégies et difficultés des pratiquants et entraîneurs pour s’approprier ce corps vivant (Andrieu, 2017), qui réagit et s’adapte à l’environnement aquatique et au stress généré par la situation d’apnée. Le cadre théorique est celui de l’émersiologie (Andrieu, 2017) et de l’anthropologie sensorielle (Candau, 2005 ; Gélard, 2013 ; Wathelet, 2013). Ces travaux permettent d’envisager comment l’individu apprend de nouvelles configurations sensorielles, de nouveaux usages et langages des sens ; comment il construit un « savoir-faire perceptif » (olfactif, auditif ou sensible) c’est-à-dire cette capacité à utiliser sa sensorialité pour agir et prendre des décisions (Schirrer & Paintendre, 2017). Les individus vivent au quotidien des modelages sensoriels, explicites ou implicites. Ils développent des « géographies de la sensibilité » (Wathelet, 2013) souvent adaptées à une pratique particulière. Quels univers sensoriels découvrent les pratiquants ? Comment ces apprentissages sensoriels sont-ils mis en œuvre sur le terrain de l’apnée ? Comment les entraîneurs facilitent-ils le repérage sensoriel de leurs pratiquants ? L’enjeu de ce travail consiste à identifier et comprendre les processus d’éducation et d’apprentissage sensoriels ; identifier quelles sont les pratiques, difficultés, stratégies mises en œuvre de façon plus ou moins conscientes afin de mieux percevoir/écouter son corps. La démarche est ethnographique. Nous avons réalisé trois années d’observations participantes dans un club d’apnée ; un journal de bord a été tenu et des entretiens semi-directifs ont été réalisés avec deux entraîneurs et sept pratiquants. L’enjeu de ces observations participantes était notamment d’entrer dans une démarche d’immersion dans le sensible ; de mettre en œuvre une forme d'ethnopraxie au sens de Wacquant, forme d'observation qui consiste à « pratiquer en temps et en situation réels avec les indigènes de sorte à acquérir, comme eux, par la routine, les savoirs tacites et les catégories de perception qui composent leur univers » (Wacquant, 1989 : 80). Nos résultats mettent en avant les conduites et sensations typiques de débutants en apnée pour analyser les premiers apprentissages sensoriels mis en œuvre. Une seconde partie de résultats analyse la démarche d’un entraîneur visant à améliorer le repérage sensoriel d’une compétitrice. Plus précisément, les entraînements hebdomadaires d’apnéistes ordinaires donnent à voir des processus d’éducation de l’attention et de la sensibilité, afin d’aider chacun à écouter son propre corps, au service de la régulation de sa performance, ou parfois simplement pour son bien-être. Alors que les gestes techniques s'automatisent, l'apnéiste améliore l'acuité de la perception des sens pour identifier les « bonnes » et « mauvaises » sensations (notamment à l'approche du seuil hypoxique). Il devient capable d'accueillir des sensations a priori désagréables sans stresser, parce qu'il a appris à les reconnaître, à les intégrer dans son expérience, à leur donner du sens. Il a appris à s'orienter dans ce monde de sensations, qui deviennent aides à la décision, moyen de jugement et de régulation de ses propres actions. Les pratiquants construisent des savoir-faire perceptifs entendus comme la capacité à utiliser sa sensorialité (les ressentis corporels ici) pour agir et prendre des décisions (Schirrer & Paintendre, 2017). Bibliographie : Andrieu, B. (2017). Apprendre de son corps. Une méthode émersive au CNAC. Presses Universitaires Rouen. Candau J. (2005). Vin, arômes, couleurs et descripteurs sensoriels. Quel partage de la dégustation ? Médiation & Information, n° 23, p. 23-38. Chenault, M., Hamard, A., Hilpron, M. &Grison, B. (2013). Les techniques de conscience du corps : éthique non-compétitive entre Orient et Occident, Corps, 11, 181-194. Dagiral, É. (2019). Extension chiffrée du domaine du perfectionnement? La place des technologies de quantification du soi dans les projets d’auto-optimisation des individus. Ethnologie française, (4), 719-734. Gélard, M.-L. (2013). Corps sensibles. Usages et langages des sens. Nancy: PUN. Raveneau, G. (2015), « Mythes et réalités de l'apnée aujourd'hui », in Schirrer M. (dir.), S'immerger en apnée. Cultures motrices et symbolismes aquatiques, Paris, L'Harmattan, coll. « Mouvements des savoirs », 49-60. Paintendre, A., Schirrer, M., & Andrieu, B. (2019). Développer des savoir-faire perceptifs en Education Physique et Sportive: analyse de l’activité d’élèves engagés dans une séquence d’enseignement en step, Revue Activités, 16-1. Schirrer, M. (ed.) (2015). S'immerger en apnée : cultures motrices et symbolismes aquatiques, Paris, L'Harmattan, Collection Mouvement des savoirs. Schirrer, M. & Paintendre, A. (2017). Rapport au corps et savoir-faire perceptif dans les activités physiques et Sportives. In G. Cogérino (Ed.), Rapport au corps, genre et réussite en EPS (p. 275-290). Paris : AFRAPS. Vigarello, G. (2014). Le sentiment de soi : Histoire de la perception du corps (XVIe-XXe siècle). Paris : Seuil. Wacquant, L. (1989). « Corps et âme », in Actes de la Recherche en Sciences Sociales, Vol. 80, 33-67. Wathelet, O. (2013). Ethnographie cognitive des sens. In Gélard, M.-L. (Ed.). Corps sensibles. Usages et langages des sens (pp. 303-317). Nancy : PUN.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadata

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-03449730
Contributor : Mary Schirrer Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, November 25, 2021 - 4:13:59 PM
Last modification on : Friday, November 26, 2021 - 3:37:10 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-03449730, version 1

Collections

Citation

Mary Schirrer, Aline Paintendre. Progresser en apnée dans un univers sensoriel inédit. Anthropologie des sens, du sensible et des sensibilités : enjeux et perspectives heuristiques, Marie-Luce Gélard, Laboratoire CANTHEL, Dec 2021, Paris, France. ⟨hal-03449730⟩

Share

Metrics

Record views

15