L'Affaire d'Anasamos (443) : une négociation entre Attila, Anatolius et les habitants d'une place forte danubienne - Archive ouverte HAL Access content directly
Book Section Year : 2012

L'Affaire d'Anasamos (443) : une négociation entre Attila, Anatolius et les habitants d'une place forte danubienne

(1)
1

Abstract

La période de la domination hunnique au nord du Danube a donné lieu à trois importants traités avec l’empereur d’Orient en 435, 443 et 450. Le traité de 443 entre Attila et Anatolius (traditionnellement appelé « paix d’Anatole ») a été le cadre d’une affaire singulière rapportée par Priscus (éd. Blockley 9,3). En 441 les Huns étaient en position de force. Prenant pour prétexte les incursions au nord du Danube de l’évêque de Margus, qui cherchait à récupérer le butin volé par les Huns avant 435, Attila déferla sur la Thrace emportant un important butin et de nombreux captifs. Une trêve fut alors négociée par Anatolius et Aspar. Mais Attila, qui cherchait surtout à établir un rapport de force favorable, revint en Thrace vers la fin de l’année 442. L’expédition fut une réussite, puisqu’il parvint jusqu’en Chersonèse avant de contraindre les Romains à traiter en position de faiblesse. Toutefois, alors que le gros des troupes hunniques avait pris la route de Naïssus et de Philippopolis vers la Thrace, un autre groupe avait longé le Danube pour piller les villes établies le long du fleuve. Or leur avancée se heurta à la résistance d’une place forte, Anasamos (ou Asimus). La garnison d’éclaireurs (praeuentores ou σκοποί) de cette forteresse parvint à repousser les Huns et même à les attaquer par surprise une fois qu’ils s’étaient retirés. Les Huns subirent alors une très sévère défaite puisque les habitants d’Anasamos capturèrent de nombreux ennemis, libérèrent des prisonniers romains et accueillirent des transfuges qui fuyaient la domination hunnique. La plupart des Huns furent exécutés, à l’exception de deux individus que les habitants d’Anasamos comptaient échanger contre quelques enfants bergers capturés par les Huns durant le siège. Lors de la négociation du traité de 443 entre Attila et Anatolius, le roi hun exigea, en tant que demande personnelle, la libération des prisonniers huns et la restitution des prisonniers romains et des transfuges ou, à défaut, le paiement d’une somme de huit solidi par tête. Il utilise une formulation qui laisse entendre, au regard d’autres passages de Priscus, qu’il s’appuie sur une forme de droit de capture issue du ius gentium. Les habitants d’Anasamos, quoique théoriquement soumis à l’autorité du dux Moesiae Secundae, refusèrent de satisfaire la demande d’Attila transmise par Anatolius et arguèrent du droit de la guerre (ius belli) pour conserver eux-mêmes le bénéfice de leur victoire. Ils s’érigèrent ainsi en troisième acteur des négociations. Au final l’ambassadeur impérial Anatolius se retrouva pris entre deux acteurs s’appuyant chacun sur les règles universelles du ius gentium pour étayer leur position. Il ne parvint alors ni à s’imposer diplomatiquement face à Attila, ni à imposer d’ordres aux habitants d’Anasamos, pourtant soumis hiérarchiquement au général Theodulus qui négociait aux côtés d’Anatolius.. Priscus nous donne à voir le déroulement d’une négociation à trois dans un espace local restreint mais complexe entre le Danube, Constantinople et la Chersonèse. L’auteur reste cependant allusif quant à la localisation et aux moyens de communication utilisés par les protagonistes. Les conditions matérielles de ces tractations doivent donc faire l’objet d’une tentative de reconstitution. Celle-ci sera l’occasion d’une interrogation plus large sur le sens du ius gentium au Ve siècle à différentes échelles (Romains/barbares, Empire/municipalité, structure politique/individu) et son utilisation dans le cadre diplomatique.
Not file

Dates and versions

hal-03478714 , version 1 (07-09-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03478714 , version 1

Cite

Hervé Huntzinger. L'Affaire d'Anasamos (443) : une négociation entre Attila, Anatolius et les habitants d'une place forte danubienne. Ambassadeurs et ambassades au cœur des relations diplomatiques (Rome - Occident médiéval - Byzance, VIIIe siècle avant J.-C. - XIIe siècle après J.-C.), Centre de Recherche Universitaire Lorrain d'Histoire, 2012, 2857300549. ⟨hal-03478714⟩
16 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More