Figurer l’Eucharistie : l’Orpheus eucharisticus d’Augustin Chesneau - Université de Lorraine Access content directly
Journal Articles Papers on French Seventeenth Century Literature Year : 2021

Figurer l’Eucharistie : l’Orpheus eucharisticus d’Augustin Chesneau

Abstract

The devotional emblem book that Augustin Chesneau published in 1657 under the title Orpheus eucharisticus appears at first as a rather classical, taking up the Pauline tradition of the world as an enigmatic mirror or the medieval tradition of the Liber mundi. However, the author gives a new dynamic to this scheme. Since the creatures are signs of the divinity hidden in them to reveal itself, inviting their spectator to circulate internally from the vestigium to the imago and then to the imitatio, and thus perpetuating the original covenant between God and men that the Eucharist renews (this compound of matter and spirit), then the emblems, which unite materiality (the combination of text and image) and immateriality (a concept), lead to the sensitive and infinitely persuasive meditation of the Eucharistic mystery by imitation of structure. Chesneau thus redoubles at all levels of his composition the rhetorical effectiveness of the semantic and semiotic parallels of the text-image configuration in connection with the expression of the sacred: he transforms the Liber Mundi, because of the Christic wonder assigned to the represented creation, into Liber Eucharistiae; he redoubles in the same way the spiritual effectiveness of this configuration, insofar as the meditation unfolds according to a symbolic process itself sensitive, whose cognitive evidence exceeds the rational discursiveness and its possible falsifiability.
Le recueil d'emblèmes qu'Augustin Chesneau fit paraître en 1657 sous le titre Orpheus eucharisticus se présente sous un abord assez classique, reprenant la tradition paulinienne du monde comme miroir énigmatique ou la tradition médiévale du Liber mundi. Pour autant, son auteur donne une dynamique inédite à ce dernier schéma. Puisque les créatures sont des signes de la divinité cachée en elles pour s’y révéler, invitant leur spectateur à circuler intérieurement du vestigium à l’imago puis à l’imitatio, et de ce fait perpétuant l’alliance passée entre Dieu et les hommes que renouvelle l’eucharistie (ce composé de matière et d’esprit), alors les emblèmes, qui unissent matérialité (la combinaison de texte et d’image) et immatérialité (un concept), conduisent à la méditation sensible et infiniment persuasive du mystère eucharistique par imitation de structure. Chesneau redouble ainsi à tous les niveaux de sa composition l’efficacité rhétorique des parallèles sémantiques et sémiotiques de la configuration texte-image en lien avec l’expression du sacré : il transforme le Liber Mundi, du fait de la merveille christique affectée à la création représentée, en Liber Eucharistiae ; il redouble de même l’efficacité spirituelle de cette configuration, dans la mesure où la méditation se déploie selon un processus symbolique lui-même sensible, dont l’évidence cognitive dépasse la discursivité rationnelle et son éventuelle falsifiabilité.
Fichier principal
Vignette du fichier
PFSCL_ 1 2022_02_Spica.pdf (1.53 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Explicit agreement for this submission

Dates and versions

hal-03583146 , version 1 (19-10-2023)

Identifiers

Cite

Anne-Elisabeth Spica. Figurer l’Eucharistie : l’Orpheus eucharisticus d’Augustin Chesneau. Papers on French Seventeenth Century Literature, 2021, XLVIII (95), pp.237-256. ⟨10.2357/PFSCL-2021-0017⟩. ⟨hal-03583146⟩
87 View
22 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More