Préoccupations et besoins d’aide psychologiques chez les femmes à risque génétique de cancer du sein ou de l’ovaire : une étude prospective observationnelle en Allemagne, Espagne et France - Université de Lorraine Access content directly
Journal Articles Psycho-Oncologie Year : 2021

Préoccupations et besoins d’aide psychologiques chez les femmes à risque génétique de cancer du sein ou de l’ovaire : une étude prospective observationnelle en Allemagne, Espagne et France

Abstract

Objectives and background : The introduction of gene panel testing has increased the complexity of communication in cancer genetic consultations. Attention to the impact of this communication on the patients’ concerns and needs for psychological help is even more necessary. This study aims to quantify the type and extent of these concerns and needs before and after communication of the genetic test results in women attending cancer genetic counselling for breast and ovarian cancer susceptibility testing in Germany, Spain and France. Participants and measurements : Of the 752 individuals consecutively invited to participate in this study, 646 (86%)—of whom 510 (68%) had breast cancer—completed a questionnaire PAHC ( Psychosocial Aspects of Hereditary Cancer ) on specific concerns about the cancer genetic process and their need for psychological support, administered after the initial consultation (T1) and, for 460 (61%) of them, two months after the communication of the test result (T2). Results : Seventy-nine (17.2%), 19 (4.1%), 259 (56.3%), 44 (9.6%), and 59 (12.8%) women had the following results respectively: a pathogenic variant on BRCA1/2 or another high or moderate risk gene, a non-informative negative result, a true negative result, or the presence of a variant of uncertain clinical significance (VUS). The type of concerns and the need for counselling were found to vary between countries. However, overall, the most frequent concerns (> 70%) were related to the loss of a family member to cancer, and the least frequent (< 5%) were related to support for relatives. Most of these concerns persisted two months later following the genetic test result. In contrast, the need for psychological help decreased overall statistically, except, depending on the country, for family/social concerns, emotional difficulties or practical aspects. Conclusions : In our study of women from three European countries attending cancer genetic counselling for breast or ovarian cancer susceptibility testing, most concerns related to the genetic situation persist two months after the communication of the test result and the need for psychological help is mainly in the field of relationships and emotions.
Objectifs et contexte : L’arrivée des tests de panel de gènes a augmenté la complexité de la communication en consultation d’oncogénétique. Une attention quant à l’impact de cette communication sur les préoccupations et les besoins d’aide psychologique s’avère d’autant plus indispensable. Cette étude vise à en quantifier le type et l’ampleur, avant et après la communication du résultat de test génétique, chez des femmes s’adressant à la consultation d’oncogénétique pour réaliser un test de susceptibilité au cancer du sein ou de l’ovaire en Allemagne, Espagne et France. Participants et mesures : Parmi les 752 personnes invitées consécutivement à participer à cette étude, 646 (86 %) ― dont 510 (68 %) atteintes d’un cancer du sein―ont répondu à un questionnaire (PAHC (Psychosocial Aspects of Hereditary Cancer)) portant d’une part sur les préoccupations spécifiques à la démarche en oncogénétique et d’autre part sur leurs besoins d’aide psychologique ; questionnaire proposé après la consultation initiale d’oncogénétique initiale (T1) et, pour 460 (61 %) d’entre elles, deux mois après la communication du résultat du test (T2). Résultats : Soixante-dix-neuf (17,2 %), 19 (4,1 %), 259 (56,3 %), 44 (9,6 %), 59 (12,8 %) femmes ont reçu respectivement les résultats suivants : un variant pathogène sur BRCA1/2 ou sur autre gène à risque élevé ou modéré, un résultat négatif non informatif, un résultat négatif vrai, ou la présence d’un variant dont la signification clinique est incertaine (VUS). Le type de préoccupations et les besoins d’aide psychologique se sont révélés variables selon les pays. Cependant, globalement, les préoccupations les plus fréquentes (> 70 %) étaient relatives à la perte d’un proche familial par cancer, et les moins fréquentes (< 5 %) relatives au soutien des proches. La plupart de ces préoccupations persistent deux mois plus tard, à la suite du résultat de test génétique. En revanche, le besoin d’aide psychologique a globalement diminué sur le plan statistique, excepté, selon le pays, pour les préoccupations familiales/sociales, les difficultés émotionnelles ou les aspects pratiques. Conclusions : Dans notre étude portant sur des femmes issues de trois pays européens s’adressant à la consultation oncogénétique en vue de réaliser un test de susceptibilité au cancer du sein ou de l’ovaire, la plupart des préoccupations liées à la situation génétique persistent deux mois après la communication du résultat de test, et les besoins d’aide psychologique se manifestent surtout dans le champ des relations et des émotions.
No file

Dates and versions

hal-03656305 , version 1 (02-05-2022)

Identifiers

Cite

A. Brédart, Jean-Luc Kop, A. de Pauw, A. Cano, J. Dick, et al.. Préoccupations et besoins d’aide psychologiques chez les femmes à risque génétique de cancer du sein ou de l’ovaire : une étude prospective observationnelle en Allemagne, Espagne et France. Psycho-Oncologie, 2021, 15 (4), pp.121-130. ⟨10.3166/pson-2021-0169⟩. ⟨hal-03656305⟩
49 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More