L'estime de soi des adolescents à haut potentiel intellectuel - Université de Lorraine Access content directly
Conference Papers Year : 2022

L'estime de soi des adolescents à haut potentiel intellectuel

Abstract

Dans la littérature, le haut potentiel intellectuel (HPI) majoritairement défini par un quotient intellectuel élevé à un test d’intelligence standardisé comme les échelles de Wechsler (Winner, 2000). De nombreux auteurs considèrent un individu à HPI comme ayant des capacités intellectuelles supérieures ou égales au 90e centile de sa classe d'âge (Gagné, 2021 ; Carman, 2013). Bien que les capacités intellectuelles soient positivement liées aux performances scolaires (voir Roth et al., 2015 pour une méta-analyse), de nombreux auteurs s'interrogent sur le rôle du HPI comme un facteur de risque ou de protection (Baudson, 2016 ; Kermarrec et al., 2020). Certains auteurs posent l'hypothèse d'un profil harmonieux où le haut potentiel intellectuel implique d'exceller dans tous les domaines alors que d'autres auteurs soutiennent l'hypothèse d'un profil inharmonieux où le HPI implique des déficits, et particulièrement dans le domaine socioémotionnel (Blaas, 2014 ; Shechtman & Silektor, 2012). Pour certains auteurs, le HPI serait une vulnérabilité liée à un développement asynchrone entre les aptitudes cognitives et les aptitudes socioémotionnelles (Neihart, 1999 ; Silverman, 1997 ; Terrassier, 1985). Cette asynchronie agirait négativement sur l'adaptation psychosociale des adolescents à haut potentiel intellectuel (AHPI). Dans la littérature, l'adaptation psychosociale des AHPI reste très débattue. L'un des indicateurs clés de l'ajustement psychosocial d'un individu est l'estime de soi. Les études empiriques ont montré que les individus ayant un HPI présentent une estime de soi dans le domaine scolaire plus favorable que les individus n'ayant pas un HPI (voir Litster & Roberts, 2010 pour une méta-analyse). Ces résultats semblent être influencés par la méthode d'identification du haut potentiel. Le fait d'être étiqueté comme ayant un HPI aurait un effet négatif sur l'adaptation psychosociale de l'individu (Freeman, 2006). Les individus étiquetés comme HPI auraient une estime de soi plus défavorable que celle des individus ayant un HPI, mais non étiquetés comme tels (Hoge & Renzulli, 1993).
L'objectif de cette étude est de comparer les AHPI étiquetés et ceux non étiquetés sur les caractéristiques d'estime de soi par rapport à leur groupe respectif d'adolescents n'ayant pas de HPI.
L'échantillon total est constitué de 554 adolescents : 439 adolescents n'ayant pas de HPI, 35 AHPI non étiquetés et 80 AHPI étiquetés. À cause d'un déséquilibre important de taille des échantillons des différents groupes, la méthode propensity score matching (Randolph et al., 2014) a été utilisée pour réaliser deux groupes différents d'adolescents n'ayant pas de HPI appariés en âge et en genre aux deux groupes respectifs d'AHPI.
Les résultats montrent que les AHPI étiquetés ont une estime de soi défavorable au niveau global, t(155.25) = -2.52, p = .030, d = 0.40, dans le domaine des relations avec les pairs, t(156.66) = -3.51, p < .001, d = 0.56, et des compétences physiques, t(156.52) = 2.50, p = .030, d = 0.40, que les adolescents n'ayant pas de HPI. Les AHPI non étiquetés ont une estime de soi favorable uniquement dans le domaine scolaire, t(58.59) = 3.58, p < .001, d = 0.86. Ces caractéristiques seront discutées en fonction de l'étiquetage ou non de l'adolescent à HPI.

Domains

Psychology
No file

Dates and versions

hal-03692932 , version 1 (10-06-2022)

Licence

Identifiers

  • HAL Id : hal-03692932 , version 1

Cite

Alexandre Aubry, Jacques-Henri Guignard, Cécile Kindelberger, Béatrice Bourdin. L'estime de soi des adolescents à haut potentiel intellectuel. 14ème colloque international RIPSYDEVE « Psychologie du développement, troubles et éducation : Entre recherche et pratique », Jun 2022, Montpellier, France. ⟨hal-03692932⟩
468 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More