Dynamique d'acquisition de la tolérance au glyphosate chez les communautés microbiennes périphytiques : étude en microcosmes. - Université de Lorraine Access content directly
Poster Communications Year : 2022

Dynamique d'acquisition de la tolérance au glyphosate chez les communautés microbiennes périphytiques : étude en microcosmes.

Abstract

Le glyphosate est l’herbicide le plus fréquemment retrouvé dans les cours d’eau à des concentrations pouvant atteindre plusieurs μg.L-1 (Carles et al. 2019). Plusieurs études ont montré les effets délétères du glyphosate sur la faune et la flore aquatique. En particulier, la structure des communautés microbiennes du périphyton est altérée par des concentrations environnementales de glyphosate (~10 μg.L-1, Pesce et al. 2009). Ces changements structurels sont susceptibles de s’accompagner de changements fonctionnels, suivant le principe du PICT (Pollution induced community tolerance). En effet, l’exposition chronique des communautés microbiennes à un pesticide peut entraîner une sélection d’individus/espèces résistants au détriment des plus sensibles, engendrant ainsi une augmentation du niveau de tolérance globale de la communauté microbienne exposée à ce pesticide. L’étude de ces capacités adaptatives permet d’établir in situ des liens entre exposition et effets biologiques sur les communautés microbiennes. Ainsi, des études préliminaires ont montré une acquisition de tolérance au glyphosate corrélée aux concentrations en glyphosate mesurées in situ dans la rivière La Cleurie (Vosges). Néanmoins, la présence d’autres contaminants pourrait également influencer cette acquisition de tolérance. L’objectif de notre étude est de démontrer le lien de cause-à-effet entre exposition au glyphosate et acquisition de tolérance via une étude en conditions contrôlées en microcosmes. Pour cela, du périphyton issu d’une zone non-contaminée au glyphosate à l’amont de La Cleurie a été mis en culture au laboratoire puis exposé à un gradient de glyphosate (0,1 à 150 μg.L-1) dans des canaux permettant de reproduire le fonctionnement de la rivière. Après 2, 4 et 6 semaines d’exposition, la tolérance du périphyton au glyphosate et à l’AMPA a été déterminée via des tests de toxicité aigüe. Après 4 semaines d’exposition, l’effet du glyphosate sur les enzymes microbiennes extra-cellulaires impliquées dans les cycles biogéochimiques (β-glucosidase, leucine aminopeptidase, phosphatase) a également été évalué. De plus, la contamination au glyphosate a été supprimée pour la moitié des canaux contaminés après 4 semaines afin de pouvoir évaluer la résilience des communautés microbiennes 2 semaines après cet arrêt de la contamination. Les premiers résultats montrent une baisse de la tolérance microbienne au glyphosate aux faibles concentrations (0,1; 0.5 μg.L-1) dès 2 semaines d’exposition mais peu d’effet des concentrations plus élevées. L’analyse des résultats obtenus après 4 et 6 semaines d’exposition permettra de compléter ces premiers résultats pour mieux décrire la dynamique d’acquisition de la tolérance au glyphosate chez le périphyton
No file

Dates and versions

hal-03718539 , version 1 (08-07-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03718539 , version 1

Cite

Landry Ughetto, Sarah Chéron, Martin Laviale, Chloé Bonnineau. Dynamique d'acquisition de la tolérance au glyphosate chez les communautés microbiennes périphytiques : étude en microcosmes.. Colloque annuel de la Société d'Écotoxicologie Fondamentale et Appliquée (SEFA 2022), Jun 2022, Metz, France. , 2022. ⟨hal-03718539⟩
71 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More