Place de la biopsie en 2021 dans la démarche diagnostique des maladies mitochondriales. - Université de Lorraine Access content directly
Poster Communications Year : 2022

Place de la biopsie en 2021 dans la démarche diagnostique des maladies mitochondriales.

Abstract

Les maladies mitochondriales (MM) regroupent un ensemble de pathologies liées à un déficit de la chaine respiratoire mitochondriale (CRM). Elles sont dues à de mutations ou délétions dans des gènes localisés soit sur l’ADN mitochondrial, soit sur le génome nucléaire. Devant des symptômes évocateurs de cytopathie mitochondriale, la démarche diagnostique classique comprend la réalisation de bilans métaboliques de screening, l’imagerie, l’étude spécifique de la chaîne respiratoire, l’histopathologie et la biologie moléculaire. Les dosages des complexes de la CRM, l’histopathologie ainsi que l’analyse de l’ADNmt sont le plus souvent réalisés sur le muscle squelettique du fait des variations d’hétéroplasmie de l’ADNmt. Ces techniques longues et délicates permettent de mettre en évidence une possible MM mais ne distinguent pas les atteintes primaires des atteintes secondaires. Seule la mise en évidence du gène causal pose le diagnostic de MM. Depuis quelques années, la place croissante du NGS tend à systématiser les analyses moléculaires en première intention sur des matrices telles que les urines ou le sang. Etant donné l’expertise nécessaire pour l’interprétation de l’histologie, la complexité du dosage des complexes de la CRM, le caractère invasif d’une biopsie et la rapidité d’obtention des résultats moléculaires, nous avons décidé d’évaluer la place de la biopsie dans la démarche diagnostique des MM en 2021. Nous avons réalisé une étude rétrospective sur 260 patients en utilisant plusieurs paramètres: la CRM, l’examen anatomopathologique et les résultats de biologie moléculaire, en choisissant des critères histologiques et biochimiques « évocateurs de MM ». Nous avons ensuite évalué la sensibilité et spécificité des analyses musculaires en diagnostic mais aussi pour évaluer la pathogénicité des variants de signification inconnue. Dans notre cohorte, pour 76% des cas le diagnostic moléculaire pouvait obtenu sur le sang, dans 6% des cas sur un autre tissu comme les urines et pour les 18% les variants n’étaient détectés que sur l’ADN extrait du muscle. Notre étude a montré que la CRM est spécifique et peu sensible à l’inverse de l’étude histologique mais que dans les deux cas ces analyses ont une forte valeur prédictive négative (90%) mais une faible valeur prédictive positive (32%). Elles permettent d’avoir des arguments forts pour poursuivre les explorations moléculaires par un génome, lorsque les panels (non exhaustifs) sont négatifs. En ce qui concernant les VSI étudiés, l’étude fonctionnelle de la CRM a permis d’appuyer la pathogénicité de la mutation dans 42% des cas. La biopsie musculaire ne se situe plus forcément en amont des études moléculaires mais les complète lorsque celles –ci sont négatives. Elle reste tout de même essentielle pour le diagnostic de délétions uniques de l’ADNmt qui ne sont détectables que sur des ADNs extraits de muscle et est utile dans le diagnostic des MM à présentation musculaire (diagnostic différentiel).
No file

Dates and versions

hal-03722365 , version 1 (13-07-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03722365 , version 1

Cite

Irina Rotaru, Sandrine Filaut, Teresinha Evangelista, Emmanuelle Lacene, Sarah Louis-Leonard, et al.. Place de la biopsie en 2021 dans la démarche diagnostique des maladies mitochondriales.. Assises de Génétique Humaine et Médicale, Feb 2022, Rennes, France. 2022. ⟨hal-03722365⟩
38 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More