Le pouvoir a-t-il un genre ? Représentations des relations de pouvoir entre les genres pendant l'enfance - Université de Lorraine Access content directly
Conference Papers Year : 2022

Le pouvoir a-t-il un genre ? Représentations des relations de pouvoir entre les genres pendant l'enfance

Abstract

Les asymétries hiérarchiques entre hommes et femmes structurent la quasi-totalité des sociétés humaines connues, et sur le plan psychologique l'inégalité de pouvoir est au coeur des représentations liées aux genres (Carli, 1999). Mais ce n'est que récemment que les recherches sur la cognition sociale des jeunes enfants se sont penchées sur les conceptualisations des rapports de pouvoir entre les genres (Charafeddine et al., 2020, 2021 ; Mandalaywala et al., 2020). Nous aborderons cette question à travers quatre études. Les deux premières concernent les inférences que les enfants effectuent i) du pouvoir au genre (Étude 1) et ii) du genre au pouvoir (Étude 2). L'Étude 1 (N=551), réalisée en France, au Liban et en Norvège, a montré que les enfants, dès 4 ans, s'attendent à ce qu'un•e individu•e qui domine dans une interaction dyadique soit plutôt un garçon qu'une fille. Ces attentes furent les mêmes quels que soient la culture ou le genre de l'enfant. L'Étude 2 (N=213), réalisée en France et au Liban, a quant à elle montré un effet de genre : Dans les deux pays, les garçons attribuèrent un pouvoir supérieur aux personnages masculins tandis que les filles ne montrèrent ni de biais pour leur propre genre, ni d'attentes d'un pouvoir plus masculin. L'Étude 3 a examiné la perception de soi dans un contexte de pouvoir. Les enfants (Français, N = 160) devaient s'imaginer participer à une interaction avec un•e autre enfant et estimer s'iels se voyaient plus comme le personnage dominant ou subordonné. Lorsque les enfants s'imaginaient interagir avec un personnage du même genre que le leur (F>F et G>G), les filles comme les garçons s'identifièrent au personnage dominant•e. Mais quand iels s'imaginaient interagir avec un personnage d'un genre différent du leur (F>G et G>F), les garçons s'identifièrent plus au personnage dominant que les filles. L'Étude 4 a examiné les attitudes légitimatrices chez des enfants de 4 à 8 ans (N = 288). Les enfants devaient comparer une situation de pouvoir masculin (M>F) à une situation de pouvoir féminin (F>M), et estimer celle qui leur paraissait préférable. Les enfants ont montré un biais pour leur propre genre, légitimant ainsi davantage le pouvoir de la personne du même genre qu'eux. Mais cet effet fut significativement plus prononcé à 4 ans qu'entre 5 et 8 ans, suggérant que les attitudes légitimant le pouvoir du groupe du même genre s'estompent avec l'âge. Ces études n'ont pas été pré-enregistrées.
No file

Dates and versions

hal-03740153 , version 1 (29-07-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03740153 , version 1

Cite

Rawan Charafeddine, Benoit Triniol, Lucie Marignier, Justine Epinat, Hélène Maire, et al.. Le pouvoir a-t-il un genre ? Représentations des relations de pouvoir entre les genres pendant l'enfance. 14ème congrès international de l’Association pour la Diffusion de la Recherche Internationale en Psychologie Sociale (ADRIPS), Jul 2022, Bordeaux, France. ⟨hal-03740153⟩
94 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More