Les bandelettes sous-urétrales pour traiter l’incontinence urinaire féminine : évaluation des complications à l’aide du PMSI - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Mid-urethral sling to treat female urinary incontinence : assessment of complications using PMSI

Les bandelettes sous-urétrales pour traiter l’incontinence urinaire féminine : évaluation des complications à l’aide du PMSI

Antoine Paris
  • Function : Author
  • PersonId : 1171976
  • IdRef : 25694606X

Abstract

INTRODUCTION : L’incontinence urinaire de la femme en France est une pathologie sous-estimée, avec une prévalence de l’ordre de 27% dont près de la moitié d’incontinence urinaire d’effort. Après l’échec des thérapeutiques rééducatives, sa prise en charge chirurgicale repose sur les bandelettes sous urétrales qui sont au centre de nombreuses controverses mettant en doute leur innocuité. OBJECTIF: Évaluer l’incidence des complications sur l’ensemble de la population française, ayant abouti à une hospitalisation dans les suites d’une pose de bandelette sous-urétrale en 2017, tout en comparant les deux techniques chirurgicales, la TVT et la TOT. MATÉRIEL ET MÉTHODES :Les données ont été collectées de manière anonyme et rétrospective via la base de données nationale du PMSI MCO et triées de sorte qu’elles ne comportent pas de doublon. Elles regroupaient toutes les hospitalisations en France, sur l’année 2017, comportant une pose de TVT ou TOT, différenciées par leurs codes CCAM respectifs. Étaient exclus les séjours comportant des interventions combinées. Les complications étaient décrites sous forme de pourcentage par type de chirurgie et étaient sélectionnée via leur code CIM-10 puis recherchées en tant que diagnostic principal ou diagnostic associé, les reprises chirurgicales étaient évaluées grâce à leur code CCAM. RÉSULTATS : Sur l’année 2017, 18 268 séjours pour TOT et 4 684 pour TVT ont été inclus. La TVT était plus souvent associée aux complications infectieuses urinaires (3,1% vs 2,1%), aux hémorragies et hématomes (1,7% vs 0,9%), aux perforations vésicales (1,4% vs 0,5%), aux troubles de vidange vésicale nécessitant une mise en place de sonde urinaire (9,8% vs 8,2%). Les douleurs chroniques étaient plus fréquentes après TOT (0,7% vs 0,4%). Les reprises chirurgicales pour ablation ou section de bandelette étaient plus fréquentes après TVT (4,1% vs 2,8%). Il n’y avait pas de différence majeure concernant la récidive d’incontinence urinaire avec nécessité de repose de bandelette sous-urétrale (1,1% après TVT vs 1,5%). CONCLUSION A deux ans de suivi la TVT parait plus morbide, avec plus de répercussions sur la santé des patientes. Il conviendrait de compléter cette étude avec les données de remboursement de l’assurance maladie afin d’évaluer la consommation globale de bien médicaux à la suite de ces interventions.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUMED_T_2020_PARIS_ANTOINE.pdf (2.7 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03805734 , version 1 (18-12-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03805734 , version 1

Cite

Antoine Paris. Les bandelettes sous-urétrales pour traiter l’incontinence urinaire féminine : évaluation des complications à l’aide du PMSI. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨hal-03805734⟩
12 View
113 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More