Anomalies des potentiels oscillatoires chez les usagers réguliers de cannabis : dysfonction des cellules amacrines comme marqueur de la modulation dopaminergique centrale - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Oscillatory potentials abnormalities in regular cannabis users : amacrine cells dysfunction as a marker of central dopaminergic modulation

Anomalies des potentiels oscillatoires chez les usagers réguliers de cannabis : dysfonction des cellules amacrines comme marqueur de la modulation dopaminergique centrale

Ludovic Polli
  • Function : Author
  • PersonId : 1172054
  • IdRef : 258308133

Abstract

Le cannabis est une substance neuromodulatrice qui agit sur la transmission synaptique du système nerveux central. L’usage régulier de cannabis induit une diminution de la capacité de synthèse de la dopamine dans le cerveau. La rétine est considérée comme un moyen efficace pour étudier les dysfonctions de la transmission synaptique cérébrale. Nous avons précédemment étudié l’impact de l’usage régulier de cannabis sur la fonction rétinienne. Utilisant l’onde N95 du PERG, nous avons mis en évidence un délai de réponse de 6ms des cellules ganglionnaires. Utilisant l’onde b du flash ERG, nous avons mis en évidence un délai de réponse de 1ms des cellules bipolaires. Dans cette étude, nous avons analysé le fonctionnement des cellules amacrines car elles sont localisées entre les cellules bipolaires et les cellules ganglionnaires. Elles contribuent à l’amplification du signal entre ces deux couches de la rétine. Ce sont les principales cellules dopaminergiques de la rétine. Pour ce faire nous avons utilisé un flash ERG 3.0 en séquence de potentiels oscillatoires chez des sujets usagers réguliers de cannabis comparé à un groupe témoin. Nous avons évalué l’amplitude et le temps de latence des ondes potentiels oscillatoires OP1, OP2, OP3 et OP4. Les résultats ont mis en évidence une diminution de l’amplitude des potentiels oscillatoires OP2 et OP3 chez les usagers réguliers de cannabis. Ces résultats reflètent l’impact de l’usage régulier de cannabis sur le fonctionnement des cellules amacrines. Cela met en lumière les anomalies de la transmission dopaminergique centrale car des résultats similaires ont été mis en évidence dans la maladie de Parkinson. Les potentiels oscillatoires pourraient donc être utilisés comme des biomarqueurs de la modulation dopaminergique centrale.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUMED_T_2020_POLLI_LUDOVIC.pdf (1.61 Mo) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03805924 , version 1 (07-10-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03805924 , version 1

Cite

Ludovic Polli. Anomalies des potentiels oscillatoires chez les usagers réguliers de cannabis : dysfonction des cellules amacrines comme marqueur de la modulation dopaminergique centrale. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨hal-03805924⟩
25 View
154 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More