Facteurs associés à la survenue d’un syndrome de grêle court dans la maladie de Crohn - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Risk factors for short bowel syndrome in Crohn’s disease

Facteurs associés à la survenue d’un syndrome de grêle court dans la maladie de Crohn

Simon Vaillant
  • Function : Author
  • PersonId : 1172058
  • IdRef : 25910941X

Abstract

OBJECTIF : Les patients atteints d’une maladie de Crohn sont plus à risque de syndrome de grêle court. L’objectif de notre étude est de rechercher s’il existe des facteurs associés à la survenue d’un syndrome de grêle court chez les patients suivis au CHU de Nancy pour une maladie de Crohn. MATÉRIEL ET MÉTHODES : Etude rétrospective monocentrique de type cas-témoin entre juin 2012 et décembre 2019. Inclusion de l’ensemble des patients suivis au CHRU de Nancy pour une maladie de Crohn ou un syndrome de grêle court en lien avec une maladie de Crohn. Appariement des patients cas (maladie de Crohn + syndrome de grêle court) avec le groupe témoin (Maladie de Crohn seule) sur la durée de suivi de la maladie de Crohn (+/- 2 ans). RÉSULTATS : Les données de 978 patients (413 hommes/ 565 femmes) dont 41 patients avec un SGC (21 hommes/20 femmes) ont été récoltées. Après appariement, les analyses statistiques ont été réalisées sur 369 patients MC sans SGC (146 hommes/ 223 femmes) et les 41 patients avec SGC soit 410 patients au total (N=410). En analyse multivariée, on retrouve une probabilité plus faible d’avoir un SGC pour les patients ayant un phénotype inflammatoire (B1) comparativement aux phénotypes sténosants (B2) et pénétrants (B3) OR=0.02 [0-0.08] p<0.0001. Concernant les traitements reçus, les patients ayant eu du Budésonide sont moins à risque de SGC OR= 0.03 [0.003-0.2] p=0.001 et ceux ayant reçu une corticothérapie IV sont plus à risque de développer un SGC OR=8.5 [3.0-24.9] p<0.0001. Dans notre cohorte, les autres traitements reçus durant la maladie, l’âge au diagnostic, la localisation de la maladie, un tabagisme ou la présence de lésions ano périnéales ne sont pas associés à un sur risque de développer un SGC. Les patients avec un SGC ont été plus souvent opérés que les autres (médiane : 3 contre 1, p<0.0001). CONCLUSION : Dans notre étude, il semble que les MC les moins sévères (phénotype inflammatoire, traitement par Budésonide) soient moins à risque de SGC que les formes ayant nécessité un traitement par corticothérapie IV. Les patients avec SGC ne sont pas opérés plus tôt que les autres après le diagnostic de la MC mais ont des résections digestives plus nombreuses. Ces nouvelles données permettront d’améliorer la prise en charge de ces patients à risque. Cependant, d’autres études devront évaluer si les biothérapies sont une alternative possible à la corticothérapie IV dans les cas sévères de MC pour espérer limiter le risque de SGC dans cette population.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUMED_T_2020_VAILLANT_SIMON.pdf (2.46 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03805929 , version 1 (07-10-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03805929 , version 1

Cite

Simon Vaillant. Facteurs associés à la survenue d’un syndrome de grêle court dans la maladie de Crohn. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨hal-03805929⟩
11 View
103 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More