Identification des rhinites respiratoires chroniques - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Identification of chronic respiratory rhinitis

Identification des rhinites respiratoires chroniques

Maxime Barron
  • Function : Author
  • PersonId : 1172103
  • IdRef : 25667857X

Abstract

INTRODUCTION : La théorie évo-dévo des trois nez conduit à supposer l’ex istence de pathologies propres à chacun d’entre eux. En pratique clinique, les rhinites allerg iques (RA) semblent affecter le nez respiratoire, qui chez l’ humain est cependant largement ouvert sur les fentes olfactives ethmoïdales. L’objectif de ce travail était de décrire statistiquement à partir d’une cohorte de rhinites respiratoires chroniques (RRC) leurs signes endoscopiques et de comparer la sémiologie fonctionnelle et les opacités tomodensitométriques avec celles d’une population de polypose nasale (PN). PATIENTS ET MÉTHODES : Cette étude rétrospective monocentrique a étudié 28 RRC et 31 PN. Les signes endoscopiques des 28 RRC ont été recueillis à l’aide d’une grille pré-établie. Les opacités scanographiques des RRC et des PN ont été comparées à l’aide des scores de LundMackay (LM) et de Nancy. Les données cliniques et symptomatologiques ont été comparées à l’aide de l’auto-questionnaire de qualité de vie Dynachron© et des tests olfactifs (Sniffin’stick test). RESULTATS La nasofibroscopie des RRC montrait l’association constante de signes inflammatoires ou oedémateux touchant le cornet inférieur ou moyen avec des signes va riables d’hypersécrétion. Un oedème du cornet moyen pouvait évoquer une PN mais le scanner rectifiait le diagnostic. La comparaison des opacités scanographiques à l’aide des scores de LM et de Nancy montrait statistiquement moins d’opacités pathologiques dans les masses latéra les de !’ethmoïde (MLE) ou les sinus paranasaux des RRC que dans ceux des PN. Les quelques opacités ethmoïdales des RRC étaient situées dans le compartiment médial. Les RRC ra pportaient des signes fonctionnels rhinologiques marqués se rapprochant de ceux des PN mais statistiquement moins invalidants, notamment sur le plan de l’odorat. CONCLUSION : La RRC peut être identifiée par une démarche diagnostique systématisée associant anamnèse, endoscopie et scanner. Dans les formes polypoïdes du cornet moyen, elle est distinguée de la PN grâce au scanner. L’individuali sation des RRC parait en particulier nécessaire pour une meilleure prise en charge des RA.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUMED_T_2020_BARRON_MAXIME.pdf (2.64 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03805977 , version 1 (07-10-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03805977 , version 1

Cite

Maxime Barron. Identification des rhinites respiratoires chroniques. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨hal-03805977⟩
10 View
33 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More