Prise en charge des anévrismes aortiques infectieux : résultats à court et moyen termes - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Management of infectious aortic aneurysms : Short and medium terms results

Prise en charge des anévrismes aortiques infectieux : résultats à court et moyen termes

Simon Frisch
  • Function : Author
  • PersonId : 1172127
  • IdRef : 256382190

Abstract

INTRODUCTION : L’anévrisme aortique infectieux (AAI) est une pathologie sévère résultant d’une infection de la paroi de l’aorte mettant en jeu le pronostic vital à court terme du fait de la rapidité de son évolution. La prise en charge est multidisciplinaire et complexe, elle associe traitement médical et chirurgical. Le but principal de cette étude est d’évaluer la mortalité des patients pris en charge pour un AAI. Le but secondaire est d’évaluer les taux de réinfection et de ré-intervention liés au montage chirurgical. MATÉRIEL ET MÉTHODES : De septembre 2009 à juillet 2020, ont été inclus tous les patients porteurs d’AAI dans le Registre rétrospectif et Pronostic des Infections Aortiques (RePIA). Le diagnostic positif de l’AAI était confirmé par les données radiologiques, cliniques, biologiques, microbiologiques et de médecine nucléaire (à l’exception des urgences). La stratégie privilégiée consistait en une antibiothérapie préopératoire, puis un traitement chirurgical par résection aortique et restauration avec un matériel biologique associée à une antibiothérapie post-opératoire Les données cliniques, biologiques, bactériologiques et d’imagerie ont été étudiées à 30 jours et à 1 an. Les récidives d’infection ainsi que les défauts de greffon ont également été étudiés. RÉSULTATS : Trente patients ont été traités pour un AAI. L’âge moyen était de 72 ans (±10,3). La lésion se localisait sur la crosse aortique (n=1, 3%), en thoracique descendant (n=2, 7%), en thoraco-abdominal (n=9 30%), en juxta-rénal (n=2, 7%) et en abdominal sous-rénal (n=14, 47%). L’analyse bactériologique a montré la présence de staphylocoque aureus méti-sensible (n=16, 53%), de salmonelles (n=3, 10%) et d’escherichia coli (n=2, 7%). Une chirurgie ouverte était réalisée chez 17 patients (57%): une xénogreffe tubulaire en péricarde bovin était utilisée dans 84% (16) des cas, tandis qu’une allogreffe artérielle cryoconservée était utilisée dans 16% (3) des cas. Une restauration des artères digestives par autogreffe veineuse a été réalisée dans 21% (4) des cas. Deux patients (8%) bénéficiaient d’une chirurgie de type « bridge » consistant en la pose d’une endoprothèse avant la chirurgie radicale, et 5 patients (17%) d’une prise en charge endovasculaire. Le traitement médical seul a été appliqué dans 20% (6) des cas pour contre-indication chirurgicale majeure. La survie globale à 30 jours et 1 an était respectivement de 69,4% et 57,3% ; dans le groupe chirurgie ouverte de 82,4% et 82,4% ; dans le groupe médical de 33% et 0%. Une ré-intervention précoce était nécessaire chez 2 patients (10%) : hématome rétro-péritonéal, et ischémie du membre inférieur pour thrombose iliaque. Les patients avaient bénéficié en moyenne de 12 jours d’antibiothérapie pré-opératoire et de 6 semaines post-opératoire. Une réinfection péri-aortique avait été observée chez un sujet chez qui la résection du foyer infectieux était incomplète. CONCLUSION :La stratégie alliant traitement médical et chirurgie ouverte radicale semble être sûre et efficace dans le traitement des AAI. Le traitement médical seul ne doit être réservé qu’aux patients non opérables du fait d’une mortalité très élevée.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUMED_T_2020_FRISCH_SIMON.pdf (1.62 Mo) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03806001 , version 1 (07-10-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03806001 , version 1

Cite

Simon Frisch. Prise en charge des anévrismes aortiques infectieux : résultats à court et moyen termes. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨hal-03806001⟩
124 View
69 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More