Le stérilet chez la nullipare : des idées reçues à une information éclairée - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2017

Le stérilet chez la nullipare : des idées reçues à une information éclairée

Anaïs Didot
  • Function : Author
  • PersonId : 1193419
  • IdRef : 220589968

Abstract

Introduction : Le dispositif Intra-utérin (DIU) est un moyen de contraception efficace et fiable mais encore peu utilisé en France malgré de nouvelles recommandations de l’HAS permettant sa pose chez la jeune femme nullipare en première intention. Cette contraception aurait l’avantage de pallier aux difficultés d’observances que peut rencontrer cette population. Les objectifs de ce mémoire étaient d’une part de vérifier la bonne tolérance du DIU chez les patientes nullipares et d’autre part de déterminer si la délivrance d’une information appropriée permettait un changement dans la prédisposition des femmes nullipares à la pose de DIU. Matériel et méthode : Une étude observationnelle rétrospective et mono-centrique a d’abord été effectuée à partir des dossiers de 40 patientes nullipares ayant eu une pose de DIU à la maternité de Nancy en 2015. Les éléments concernant les complications et la tolérance immédiate et à 1 an ont été relevés. Une deuxième étude analytique mono-centrique a été effectuée à partir d’un questionnaire (273 questionnaires en ligne et 36 questionnaires papiers) appréciant le niveau de connaissances des femmes nullipares à propos du DIU au cuivre et évaluant l’impact d’une information médicale transmise en fin de questionnaire. Résultats : La première étude a montré que le DIU était bien toléré à la pose. Les complications à un an ont été rares (37 %), les plus fréquemment rencontrées étant les douleurs pelviennes ou des métrorragies trop importantes, et seulement 10 % des patientes se font fait retirer leur stérilet. Le nombre de perdues de vue a été important avec absence de suivi à un an de 35%. La deuxième étude a montré que les femmes nullipares connaissaient globalement bien les risques et les complications du DIU mais méconnaissaient davantage le dispositif en lui-même (durée d’action, efficacité, prix). L’âge jeune, le faible niveau d’étude et le lieu de réponse au questionnaires (CPEF) ont semblé avoir un impact négatif sur la connaissance du DIU. Par ailleurs, une information médicale transmise a diminué de 10 points le taux de refus à la pose d’un DIU. Discussion : La bonne tolérance du DIU chez les nullipares permet de pallier aux défauts d’observance de cette population (la nature « longue durée » de ce dispositif peut cependant inciter ces patientes à négliger leur suivi, c’est pourquoi cette population doit être davantage sensibilisée sur l’importance d’un suivi régulier). La connaissance de ces femmes sur le stérilet semble être bonne mais pourrait être améliorée afin d’obtenir une meilleure adhésion à cette contraception. L’information semble être la clé d’un positionnement plus favorable à la pose de DIU et doit être renforcée en particulier chez les patientes jeunes.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUMED_MESF_2017_DIDOT_ANAIS.pdf (2.03 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03870331 , version 1 (24-11-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03870331 , version 1

Cite

Anaïs Didot. Le stérilet chez la nullipare : des idées reçues à une information éclairée. Médecine humaine et pathologie. 2017. ⟨hal-03870331⟩
43 View
342 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More