Siège et nullipare, mode d’accouchement en France en 2020 et suivi des dernières recommandations du CNGOF : étude épidémiologique, quantitative, descriptive, par analyse des pratiques professionnelles dans les maternités françaises en 2020 - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2021

Siège et nullipare, mode d’accouchement en France en 2020 et suivi des dernières recommandations du CNGOF : étude épidémiologique, quantitative, descriptive, par analyse des pratiques professionnelles dans les maternités françaises en 2020

Aline Poterlot
  • Function : Author
  • PersonId : 1193559
  • IdRef : 262447770

Abstract

Introduction : In 2000, Hannah’s Lancet study changed the management of pregnant women with a primiparous breech fetus in favour of scheduled caesarean section. However, other studies in favour of vaginal delivery argue against it. The main objective of this study was to review the situation of breech births in nulliparous women in France in 2020 and to follow the latest recommendations of the CNGOF. Methods : To meet this objective, this quantitative study was carried out in 2021, by questionnaire, in 51 randomly selected French maternity hospitals. Results : Of the 29 maternity units, the total number of breech deliveries in 2020 was 1262, of which 479 were vaginal deliveries (38%), compared with 590 caesarean sections (47%). Among nulliparous women, the total number of breech births in 2020 was 332 (26%). Of these, there were 134 vaginal deliveries (40%) and 175 scheduled caesarean sections (53%). Regarding the recommendations, 89.7% of the maternity units surveyed routinely performed pelvimetry. 55.2% of maternity hospitals did not induce breech pregnancies in nulliparous women, compared to 41.4% who did so with a medical indication. The majority of maternity hospitals performed a caesarean section if the estimated fetal weight was over 3800g. 64.3% of maternity hospitals systematically provided epidural analgesia. 75.9% of maternity hospitals did not systematically offer a planned caesarean section, against 24.1% who systematically offered it in the case of breech. For the majority of maternity hospitals, amniotomy was performed as late as possible. Conclusion : In France, in 2020, the number of scheduled caesarean sections remains higher than the number of vaginal deliveries in nulliparous presentations. But the gap is narrowing in favour of vaginal delivery. The majority of maternity hospitals use the CNGOF breech recommendations. Finally, the role of the midwife in this care is central
Introduction : En 2000, l’étude publié par Hannah dans the Lancet modifie la prise en charge des femmes enceintes d’un foetus en présentation du siège de primipare en faveur de la césarienne programmée. Mais d’autres études en faveur de la voie basse s’y opposent. L’objectif principal de cette étude a été de faire un état des lieux des modes d’accouchements par le siège chez les nullipares, en France, en 2020, et le suivi des dernières recommandations du CNGOF. Méthode : Pour répondre à cet objectif, cette étude quantitative a été faite en 2021, par questionnaire, auprès de 51 maternités sélectionnées aléatoirement en France. Résultat : Sur les 29 maternités, le nombre total d’accouchement du siège en 2020 était de 1262, dont 479 accouchements voie basse (38%), contre 590 césariennes (47%). Chez les nullipares, le nombre total d’accouchement du siège en 2020 était de 332 (26%). Parmi eux, on a retrouvé 134 accouchements voie basse (40%) et 175 césariennes programmées (53%). Concernant les recommandations, 89,7% des maternités interrogées ont réalisé systématiquement une pelvimétrie. 55,2% des maternités ne déclenchaient pas les nullipares enceintes d’un siège contre 41,4% qui le faisait avec indication médicale. La majorité des maternités ont fait une césarienne si l’estimation de poids foetal était supérieure à 3800g. 64,3% des maternités réalisaient systématiquement une analgésie péridurale. 75,9% des maternités n’ont pas proposé systématiquement une césarienne programmée, contre 24,1% qui la proposaient toujours lors d’un siège. Pour la majorité des maternités, l’amniotomie était effectuée le plus tard possible. Conclusion : En France, en 2020, le nombre de césarienne programmée reste plus élevée que le nombre d’accouchement voie basse lors d’une présentation podalique de nullipare. Mais l’écart tend à se diminuer, en faveur de l’accouchement voie basse. La majorité des maternités utilisent les recommandations du siège du CNGOF. Enfin, la place de la sage-femme dans cette prise en charge est centrale.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUM_MESF_2021_POTERLOT_Aline.pdf (866.43 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03870487 , version 1 (24-11-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03870487 , version 1

Cite

Aline Poterlot. Siège et nullipare, mode d’accouchement en France en 2020 et suivi des dernières recommandations du CNGOF : étude épidémiologique, quantitative, descriptive, par analyse des pratiques professionnelles dans les maternités françaises en 2020. Médecine humaine et pathologie. 2021. ⟨hal-03870487⟩
61 View
108 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More