Violences et grossesse : analyse des pratiques professionnelles de 49 sages-femmes de l’agglomération messine sur le dépistage et la prise en charge des violences faites aux femmes enceintes en 2019-2020 : étude épidémiologique quantitative, descriptive, multicentrique, utilisant des questionnaires anonymes - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Violences et grossesse : analyse des pratiques professionnelles de 49 sages-femmes de l’agglomération messine sur le dépistage et la prise en charge des violences faites aux femmes enceintes en 2019-2020 : étude épidémiologique quantitative, descriptive, multicentrique, utilisant des questionnaires anonymes

Valentine Dornier
  • Function : Author
  • PersonId : 1193594
  • IdRef : 26265587X

Abstract

Introduction Violence against women during pregnancy is a difficult issue to discuss for the victims and professionals that help them. Pregnancy is a period of vulnerability that seems to screen and aid pregnant victims of violence. The reform of 2013 officially integrated a course in university to increase midwives’ knowledge about violence against women. This study aims at analyzing the professional practice and the knowledge of midwives about violence against women and the network since this reform. Methods A descriptive and quantitative statistical analysis was carried out. Anonymous questionnaires were given to midwives of Metz Metropole from January to February 2020.The midwives of this study worked at Mercy Hospital, in private practice and in a social center in Metz. Results 49 midwives participated in the study: 72% worked in hospital, 20% in private practice and 8% in a social center. 77,6% of them graduated before 2015, against 22,4% after 2015. There was a difference between the groups about the screening: 79% of graduates before 2015 asked questions whereas 100% of graduates after 2015 used medical history. Midwives knew all the management tools except the call center, but the midwives that graduated before 2015 used the national phone number, the medical certificate and the distance measure. Except the social center, the network of medical professionals was unknown, and 88% of midwives asserted that the university course about violence against women was insufficient. The clinical case demonstrated that 68,4% of midwives that graduated before 2015 asked about bruises, any midwives that graduated after 2015 referred the victim to gynecology and emergency unit and the midwives that graduated before 2015 guided the victim to filing of complaints. Conclusion This study illustrate that midwives want to complete their training about violence against women and highlights that it is important to promote training tools and networks
Introduction : Les violences faites aux femmes pendant la grossesse sont un problème difficile à aborder par les professionnels et les victimes. La grossesse est une période de vulnérabilité, mais semble être privilégiée pour dépister et prendre en charge les femmes enceintes victimes. La réforme de 2013 a intégré officiellement la problématique des violences faites aux femmes dans les études de sage-femme afin d’élargir les connaissances des futures diplômées. Cette étude a pour objectif d’analyser les pratiques professionnelles et les connaissances des sages-femmes sur les violences faites aux femmes enceintes et les réseaux d’appui à la prise en charge depuis cette réforme. Méthodes : Une étude épidémiologique quantitative, descriptive, multicentrique, par voie de questionnaires anonymes auprès des sages-femmes de Metz Métropole durant la période de janvier à février 2020, a été réalisée. Les sages-femmes incluses exerçaient au CHR de Mercy, en libéral et en PMI dans l’agglomération messine. Résultats : 49 sages-femmes ont été incluses : 72% exerçant à l’hôpital, 20% en libéral et 8% en PMI dont 77,6% avaient obtenu leur diplôme avant 2015 et 22,4% après 2015. Il y avait une différence significative dans le dépistage des violences :79% des diplômées avant 2015 posaient directement la question tandis que 100% des diplômées après 2015 utilisaient l’anamnèse. Les éléments de prise en charge étaient connus sauf le dispositif mobile, mais les sages-femmes diplômées avant 2015 utilisaient davantage le numéro national, le certificat médical et la mesure d’éloignement du conjoint. Exceptée la PMI, on constatait une méconnaissance du réseau, et pour 88% des sages-femmes, la formation initiale sur les violences était insuffisante. Le cas clinique montrait que 68,4% des diplômées avant 2015 posaient la question des ecchymoses, qu’aucune diplômée après 2015 n’orientait vers l’UGO, et qu’aucune diplômée avant 2015 n’orientait vers un dépôt de plainte. Conclusion : Cette étude montre le souhait des sages-femmes de compléter davantage leur formation sur les violences faites aux femmes et justifie l’intérêt de promouvoir les outils de formation déjà existants ainsi que les réseaux d’appui.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUM_MESF_2020_DORNIER_Valentine.pdf (1.28 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-03870527 , version 1 (24-11-2022)

Identifiers

  • HAL Id : hal-03870527 , version 1

Cite

Valentine Dornier. Violences et grossesse : analyse des pratiques professionnelles de 49 sages-femmes de l’agglomération messine sur le dépistage et la prise en charge des violences faites aux femmes enceintes en 2019-2020 : étude épidémiologique quantitative, descriptive, multicentrique, utilisant des questionnaires anonymes. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨hal-03870527⟩
33 View
31 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More