Etat des lieux de la prescription par les pharmaciens et analyse des activités de pharmacie clinique au centre hospitalier de Lunéville - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2022

Etat des lieux de la prescription par les pharmaciens et analyse des activités de pharmacie clinique au centre hospitalier de Lunéville

Elsa Hamilius
  • Function : Author
  • PersonId : 1240413
  • IdRef : 267213514

Abstract

Dans de nombreux pays anglo-saxons, l’évolution du métier de pharmacien a conduit les pharmaciens à prescrire. En effet, ils peuvent amorcer, modifier ou renouveler des prescriptions de manière encadrée. En France, les pharmaciens d’officine ont vu leurs activités s’élargir, leur permettant de renouveler de façon exceptionnelle des ordonnances de traitements chroniques et d’initier certaines thérapies dans le cadre de l’exercice coordonné. À l’hôpital, en revanche, les pharmaciens n’ont toujours pas obtenu ce droit de prescription. En 2020, la crise sanitaire liée à la COVID-19 permet une évolution rapide du rôle du pharmacien hospitalier. En effet, l’autorisation du renouvellement des traitements chroniques leur est octroyée. C’est dans ce contexte que l’Ordre des Pharmaciens a rédigé un amendement visant à pérenniser ces autorisations et propose d’accorder aux pharmaciens le droit de prescrire. Les pharmaciens hospitaliers réalisent d’ores et déjà de nombreuses activités leur permettant d’interagir avec les médecins pour améliorer la prise en charge médicamenteuse des patients. En effet, la conciliation médicamenteuse, l’analyse pharmaceutique ou les revues de médications permettent la génération d’interventions pharmaceutiques (IP) à l’attention du prescripteur. C’est avec la volonté de participer à l’évolution du rôle du pharmacien que l’idée de mener cette étude est apparue. L’objectif de ce travail est d’élaborer et d’analyser un panel d’IP découlant d’activités de pharmacie clinique. Pour chaque IP, le problème lié à la pharmacothérapie et l’acceptation ou non par le médecin sont recueillis. Les activités d’analyse pharmaceutique et de conciliation sont celles qui génèrent le plus grand nombre d’IP au cours de l’étude. Les IP les plus retrouvées sont les ajouts, les optimisations de modalités d’administration et les adaptations de posologie. Ces différentes IP présentent un taux d’acceptation élevé oscillant entre 64.1% et 73,7% ; témoin de la confiance des médecins vis-à-vis des connaissances du pharmacien. Les types d’IP les plus retrouvées correspondent aux exemples proposés dans l’amendement formulé par l’Ordre des Pharmaciens. En revanche, il serait intéressant de mettre en œuvre une étude des situations dans laquelle médecins et pharmaciens décideraient de la place du pharmacien prescripteur. Enfin, l’élargissement du droit de prescription au pharmacien ne doit pas avoir pour vocation d’empiéter sur la pratique des médecins. Il a pour objectif un gain de temps et une optimisation de la prise en charge médicamenteuse des patients. A l’instar de celles proposées dans les pays anglo-saxons, une formation complémentaire pourrait être mise en place et proposée aux pharmaciens souhaitant obtenir ce droit de prescription.
Fichier principal
Vignette du fichier
PHA_T_2022_2091_HAMILIUS_ELSA.pdf (5.53 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-04042688 , version 1 (23-03-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04042688 , version 1

Cite

Elsa Hamilius. Etat des lieux de la prescription par les pharmaciens et analyse des activités de pharmacie clinique au centre hospitalier de Lunéville. Sciences pharmaceutiques. 2022. ⟨hal-04042688⟩
49 View
93 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More