Dysimmunité humorale du système nerveux central et troubles du sommeil - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2022

Sleep disorders a new diagnosis marker of humoral dysimmunity of central nervous system

Dysimmunité humorale du système nerveux central et troubles du sommeil

Clélia Galmiche
  • Function : Author
  • PersonId : 1240418
  • IdRef : 265100127

Abstract

INTRODUCTION : Les atteintes dysimmunes humorale du système nerveux central sont issues d’une dysrégulation de l’immunité humorale humaine. Il a été défini des phénotypes cliniques spécifiques à chacun de ces types d’anticorps. Parmi ceux-ci on ne retrouve que rarement une exploration systématique des troubles du sommeil alors que ces troubles sont généralement accessibles à un dépistage non invasif et à un traitement efficace. De plus ces troubles du sommeil sont pourvoyeurs de comorbidités cardiovasculaires, d’aggravation de pathologies chroniques épileptiques, psychiatriques et cognitives et peuvent ainsi impacter la survie globale et la qualité de vie de nos patients. En sus, les mécanismes physiopathologiques qui sont à la base de ces pathologies peuvent être des modèles de compréhension des réseaux neuronaux cérébraux. Notre objectif est donc de décrire les caractéristiques du sommeil de ces patients selon l’anticorps mis en jeu et dans un second temps d’évaluer les particularités du sommeil des patients selon le stade de leur maladie. MÉTHODE : étude épidémiologique, observationnelle, descriptive, rétrospective et monocentrique. Nous avons inclus les patients atteints d’une pathologie dysimmunitaire humorale du système nerveux central qui avaient été adressés au CHRU de NANCY pour une exploration du sommeil entre mai 2020 et décembre 2021 et ayant bénéficié d’une hospitalisation de 48h comprenant deux enregistrements vidéo-polysomnographiques (V-PSG) nocturnes, un enregistrement en libre cours ainsi que 4 tests de latence d’endormissement (TILE). RÉSULTATS : 20 patients ont été inclus. Parmi eux, 16 étaient atteint d’une pathologie mettant en jeu un anticorps anti-neurone et 4 un anticorps anti-cellule gliale (5 patients avec une maladie à anti-LGI1, 4 avec un maladie à anti-GAD, 3 avec une maladie à anti-CASPR2, un patient avec une pathologie à anti-GABAb-R, un patient avec une affection à anti-NMDA-R, 2 patients avec une maladie associée à un anti-GFAP, 2 patients avec une maladie du spectre des NMO à anti-AQP4, et un patient avec une affection à anti-MOG). A la phase initiale et subjective de l’évaluation, uniquement 20% de nos patients (n=4) relataient une plainte concernant leur sommeil alors que l’exploration objective du sommeil a permis de mettre en évidence des anomalies du sommeil chez la totalité d’entre eux (n=20, 100%). Les patients les plus atteintes par des troubles du sommeil étaient les anti-CASPR2. En effet nous avons diagnostiqué un SAOS modéré à sévère et des critères V-PSG de mouvements périodiques des membres chez la totalité d’entre eux (n=3, 100%) associé à un temps total de sommeil et un stade REM diminué. Les patients atteints d’anti-LGI1 étaient également très atteints, en effet, plus de la moitié d’entre eux ont bénéficié d’un diagnostic de SAOS modéré ou sévère (n=3, 60%) et sur deux nuits, il existait un déficit en sommeil lent profond (N3) (67,5min/nuit en moyenne) et un déficit en stade REM (10%) alors qu’aucun d’entre eux ne mettait en avant une plainte concernant leur sommeil. Les patients atteints d’affection associée à un anti-GAD présentaient en moyenne un déficit en REM (13%) et un index d’apnées- hypopnées (IAH) constamment augmenté ainsi un diagnostic de de SAOS modéré à sévère a été posé chez la moitié d’entre eux (n=2, 50%). Notre patient présentant une encéphalite à anti-GABAb présentait une sévère réduction du temps total de sommeil avec une moyenne de 4,2h/nuit. Nos patients porteurs d’affection associée à un anticorps anti-GFAP ou anti- NMDA présentait plutôt un profil de long dormeur avec une carence en REM pour la patiente avec une encéphalite à anti- NMDA et une latence d’endormissement rapide en REM (59,5min) pour les autres. Les patients ayant une pathologie du spectre de la NMO présentaient des anomalies hétérogènes, en effet nous avons constaté une réduction important du temps de sommeil total de notre patient avec un anticorps anti-MOG (5,5h/nuit) associé à des critères V-PSG pour des mouvements périodiques des membres (MPS); alors que les patients atteint d’une pathologie du spectre des NMO avec une séropositivité à un anti-AQP4 avaient plutôt un sommeil fragmenté avec un index de micro-éveils plus élevé que la norme (19,5/h) sans cause respiratoire ni de MPS constaté. Enfin, il a été constaté un temps de sommeil total diminué chez les patients considérés en phase aiguë (n=4) alors que la carence en REM semblait plutôt stable dans le temps. CONCLUSION : Les anomalies du sommeil étaient objectivement constantes dans notre population de patients atteints de dysimmunité humorale du système nerveux central alors que l’évaluation subjective de ces troubles par les patients eux-mêmes était faible. Une atteinte sévère et constante chez les patients avec une affection à anti-CASPR2 a notamment été mise en évidence avec un diagnostic de SAOS modéré à sévère posé chez la totalité d’entre eux. Une description des troubles de la veille et du sommeil selon l’anticorps mis en jeu et l’évolution de la maladie semble être présente. Malgré tout, ceux-ci semblent parfois de superposer et se confondre alors même que le mécanisme humoral mis en jeu est très spécifique à une cible du SNC, faisant suspecter des mécanismes physiopathologiques sous-jacents multiples. Une évaluation systématique du sommeil chez ces patients est recommandée pour dépister et traiter de manière optimale ces pathologies ainsi que pour parfaire la compréhension neurophysiologique des réseaux neuronaux cérébraux.
Fichier principal
Vignette du fichier
MED_T_2022_1026_GALMICHE_CLELIA.pdf (12.82 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-04042693 , version 1 (23-03-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04042693 , version 1

Cite

Clélia Galmiche. Dysimmunité humorale du système nerveux central et troubles du sommeil. Médecine humaine et pathologie. 2022. ⟨hal-04042693⟩
84 View
65 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More