État des lieux de la pratique de l’analgésie sédation lors de la réalisation d’actes douloureux au Service des Urgences de l’Hôpital Bel Air au cours de l’année 2016 - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2020

State of play of the practice of sedation analgesia when performing painful procedures in the Emergency Department of Bel Air Hospital in 2016

État des lieux de la pratique de l’analgésie sédation lors de la réalisation d’actes douloureux au Service des Urgences de l’Hôpital Bel Air au cours de l’année 2016

Aurélie Roger
  • Function : Author
  • PersonId : 1240457
  • IdRef : 264538889

Abstract

INTRODUCTION : La prise en charge efficace de la douleur aux urgences est importante, la douleur étant en elle-même « une urgence ». Il existe un grand nombre de douleurs induites par les soins dans un service d’urgence, notamment lors de la pratique de certains gestes techniques douloureux. L’objectif principal de cette étude consistait en l’analyse des dossiers de prise en charge des patients ayant bénéficié d’une analgésie-sédation lors de la pratique de gestes douloureux au sein du Service des Urgences de Thionville et de comparer à la pratique réelle à celle supposée dans les questions posées aux urgentistes de ce service. MÉTHODE : Une étude épidémiologique observationnelle à visée descriptive et comparative, mono centrique, a été réalisée du 1er janvier 2016 au 31 décembre 2016 au sein du Service des Urgences de l’Hôpital Bel Air de Thionville. Nous avons recueilli les données d’une part à partir d’un questionnaire informatisé, standardisé, portant sur l’opinion, les connaissances et les pratiques des médecins urgentistes et d’autre part sur l’étude des dossiers de patients. Les gestes douloureux étudiés étaient la ponction lombaire, la réduction de luxation gléno-humérale, le drainage thoracique, la réduction de tachycardie jonctionnelle, la réduction de fracture/luxation menaçante, la réduction de tachycardie ventriculaire mal tolérée par choc électrique externe. Des analyses descriptives ont été effectuées pour étudier la pratique de l’analgésie-sédation lors de réalisation de gestes douloureux par les urgentistes et selon la conférence d’experts de la SFAR de 1999 réactualisée en 2010. RÉSULTATS : 21 médecins exerçaient au SU de Thionville en 2016, 17 ont répondu au questionnaire. Les gestes chirurgicaux étaient systématiquement réalisés avec un recours à l’analgésie-sédation (88% à 94%) alors que les gestes médicaux invasifs (ponction lombaire, réduction de tachycardie et choc électrique) montraient des résultats très différents suivant le geste (respectivement 65%, 53% et 76%). 209 patients ont bénéficié de la réalisation des gestes douloureux retenus dans notre étude, 180 y ont été inclus, 11 exclus (< 18 ans, prises en charges pré-hospitalière, dossiers insuffisamment complétés) et 18 ont été perdus de vue. La pratique des médecins concernant la réalisation de ces gestes était représentative du nombre de passage au SU de Thionville pour ces pathologies, telle que la réduction de luxation d’épaule qui était le geste le plus pratiqué (55,5% des dossiers inclus), ce qui correspondait au fait que 100% des praticiens ayant répondu au questionnaire admettent pratiquer ce geste ; ou le CEE sur une tachycardie ventriculaire mal tolérée qui était réalisé par 47% des médecins, ce geste étant peu courant au SU (3,3%des dossiers inclus). Pour certains gestes il existait une discordance de pratique entre le questionnaire et l’analyse des dossiers, tels que la pose de drain thoracique où 94% des médecins répondaient utiliser une anesthésie locale alors que son utilisation n’était retrouvée que dans 38% des dossiers des patients. Pour d’autres gestes, il y avait une concordance dans les pratiques comme pour le CEE sur TV mal tolérée où 76% des médecins déclaraient utiliser le midazolam et 83% des patients inclus à l’étude en ont bénéficié. CONCLUSION : Notre étude retrouve que la majorité des gestes douloureux pris en charge aux urgences de Thionville en 2016 ont bénéficié d’une sédation analgésie procédurale, cependant les pratiques des médecins du SU de Thionville est très hétérogène et ne sont pas toujours réalisées selon les recommandations lorsqu’il en existe. Cette étude met en évidence l’importance de la sédation procédurale en médecine d’urgence, il serait pertinent d’établir des protocoles standardisés pour chaque geste douloureux selon les recommandations de bonne pratique existantes.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUMED_T_2020_ROGER_AURELIE.pdf (3.51 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-04042735 , version 1 (23-03-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04042735 , version 1

Cite

Aurélie Roger. État des lieux de la pratique de l’analgésie sédation lors de la réalisation d’actes douloureux au Service des Urgences de l’Hôpital Bel Air au cours de l’année 2016. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨hal-04042735⟩
28 View
79 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More