Prise en charge de la fin de vie aux urgences : à propos d’une enquête de pratiques et d’opinion en Lorraine - Université de Lorraine Access content directly
Master Thesis Year : 2020

End-of-life care in the emergency department : about a practice and opinion survey in Lorraine

Prise en charge de la fin de vie aux urgences : à propos d’une enquête de pratiques et d’opinion en Lorraine

Julie Maisenti
  • Function : Author
  • PersonId : 1240512
  • IdRef : 264398440

Abstract

La question de la fin de vie est récurrente, tant sur le plan sociétal que médical ou encore médiatique. En seulement vingt ans, trois lois (loi Kouchner en 2002, loi Léonetti en 2005 et Léonetti-Claeys en 2016) sont venues encadrer les décisions de limitation et arrêt des thérapeutiques actives et les sociétés savantes ont élaboré plusieurs recommandations de bonnes pratiques. Malgré cela, cette situation reste toujours aussi complexe aux urgences. Notre travail avait pour objectif d’évaluer les pratiques et les opinions des médecins exerçant dans les services d’urgences de Lorraine en ce qui concerne leur prise en charge de la fin de vie. Il s’agissait d’une étude épidémiologique observationnelle transversale à visée descriptive et comparative, multicentrique, réalisée à partir d’un questionnaire informatisé, standardisé, portant sur l’opinion, les connaissances et les pratiques des médecins des services d’urgences de Lorraine concernant la fin de vie aux urgences. Le recueil des données a été fait du 1er novembre 2017 au 31 mai 2018. Sur les 263 médecins urgentistes de Lorraine interrogés, 93 ont répondu au questionnaire. Selon eux, 92% pensent que la prise en charge de la fin de vie aux urgences est possible et 94% estiment connaître la loi Léonetti-Claeys. Or, seulement 4,3% déclarent avoir une formation en soins palliatifs et 12% des médecins disent être toujours sereins dans leur prise en charge. Sur les 78,5% qui n’ont pas accès à un protocole de prise en charge de la fin de vie, plus de 83% estiment que leur prise en charge serait plus optimale s’ils en possédaient un. L’analyse de leurs pratiques montre que, si le patient n’est pas en mesure d’exprimer ses volontés, 59% recherchent la présence de directives anticipées et 42% ont recours à la personne de confiance. 58% déclarent prendre en compte la dimension religieuse. Près de 96% des médecins prennent une décision de LATA collégialement avec un autre médecin. La consultation d’annonce se fait avec un(e) infirmier(ère) dans 94% des cas. Par contre, seulement 35,5% des médecins ont un lieu dédié à la consultation d’annonce. 93% des médecins orientent leur patient en fin de vie en UHCD, faute de lits et 10% déclarent n’avoir aucune structure de soins palliatifs à disposition. La comparaison de nos résultats avec la littérature confirme une amélioration de la prise en charge palliative aux urgences demeurant néanmoins insatisfaisante par rapport à la population requérante actuelle et plus encore future. Les urgentistes doivent renforcer leurs connaissances et élaborer des protocoles afin de permettre de proposer une démarche éthique adaptée à chaque situation de fin de vie.
Fichier principal
Vignette du fichier
BUMED_T_2020_MAISENTI_JULIE.pdf (1.83 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-04042801 , version 1 (23-03-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04042801 , version 1

Cite

Julie Maisenti. Prise en charge de la fin de vie aux urgences : à propos d’une enquête de pratiques et d’opinion en Lorraine. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨hal-04042801⟩
28 View
115 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More