"Le décor de cinéma ou la musique pétrifiée : l’harmonie architecturale dans les théories cinématographiques d’avant-garde des années 1920" - Université de Lorraine Access content directly
Conference Papers Year : 2021

"Le décor de cinéma ou la musique pétrifiée : l’harmonie architecturale dans les théories cinématographiques d’avant-garde des années 1920"

Abstract

Si d’une part l'architecture se conçoit comme « la création de l'ordre à partir du chaos, le respect de l'organisation, la manipulation de la géométrie et de la conception d’une œuvre pour laquelle l'esthétique joue un rôle essentiel » (Curl, 1999), d’autre part la redevance à la nature du motif décoratif est « consécutive à sa projection dans l’espace et engendrée par elle » (Riegl, 2003). Lorsque l’être humain se projette dans la nature, c'est par le moyen de correspondances et de miroitements de ses structures et modes de fonctionnement que s’engendre la création artistique susceptible d’éveiller l’émotion esthétique. Ce plaisir des ressemblances naturelles recouvre une grande partie des théories architecturales depuis l’Antiquité, notamment le célèbre traité de Vitruve dans lequel l’architecte romain s’empare de termes communs à l’architecture et à la musique, tels l’eurythmie et l’harmonie, pour relier ces deux disciplines par le biais d’un trait partagé : les sources mathématiques à la base des principes de composition . Le concept de mélodie, du grec harmonia, comme « la juste proportion d’un tout dont les parties s’accordent convenablement » (Obadia, 2013), renvoie à la définition du décor comme « ce qui convient » (du latin decet, du verbe decere ), suivant les préceptes déterminés par les théories de bienséance-convenance et par les ordres architecturaux. Par ailleurs, lorsque nous approchons l’architecture au cinéma, les formes décoratives semblent partager avec les formes musicales un même phénomène : en se déroulement dans le temps, elles promeuvent une forme d’émotion esthétique conséquente d’une expérience tantôt visuelle tantôt auditive. L’ordre cosmologie des rapports harmonieux recouvrant la notion de beauté architecturale depuis l’Antiquité détermine, en effet, un ensemble de systèmes de proportions et de correspondances communs à l'architecture et à la musique. Au début du XXe siècle, ce trait partagé conduit plusieurs cinéastes à étudier l’espace-temps cinématographique et à faire de l’architecture au cinéma une forme de « musique pétrifiée », pour reprendre la célèbre formule du cinéaste russe Sergueï Eisenstein : « la conception d’un phénomène normalement statique comme fonction dynamique est rendue dialectiquement par ce sage propos de Goethe : "L’architecture est une musique pétrifiée" » (Eisenstein, in Amengual, 1980).
No file

Dates and versions

hal-04104206 , version 1 (23-05-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04104206 , version 1

Cite

Amanda De Freitas Coelho. "Le décor de cinéma ou la musique pétrifiée : l’harmonie architecturale dans les théories cinématographiques d’avant-garde des années 1920". Les arts plastiques et la musique au prisme du cinéma : penser l’hybridité, Université Sorbonne Paris Nord; Université d’Évry/Paris-Saclay, Apr 2021, Paris, France. ⟨hal-04104206⟩
31 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More