Un monument de pierre et de papier : le tombeau de Louis de La Mothe à Vandeléville (1620) - Université de Lorraine Access content directly
Preprints, Working Papers, ... Year : 2023

Un monument de pierre et de papier : le tombeau de Louis de La Mothe à Vandeléville (1620)

Abstract

L'histoire de Vandeléville et de ses seigneurs est bien connue grâce à l'abbé Jean Mellé. Dans ses investigations, ce dernier n'a évidemment pas négligé le spectaculaire monument funéraire de Louis de La Mothe conservé dans la crypte de l'église Saint-Léger (fig. 1) 1. D'utiles précisions sur le tombeau furent ensuite apportées par Pierre Simonin qui focalisa principalement son attention sur la figure du Christ rédempteur. Cet auteur put, grâce à un contrat de marché du 12 décembre 1620, attribuer la sculpture du monument à maître Toussaint Hainzelin (annexe) 2. Mais ce contrat livre bien plus de renseignements. Ce document définit, en effet, outre le choix du sculpteur, la forme et l'iconographie du monument, ses matériaux, les modalités de son transport et son prix. Malgré les attentions qui présidèrent à sa réalisation et le soin qu'on y apporta, la dernière demeure de Louis de La Mothe subit au fil des siècles des dommages et fut notamment victime des destructions révolutionnaires. Heureusement, la confrontation des informations livrées par le contrat et des vestiges encore en place permet de comprendre le projet initial du commanditaire. Cette confrontation invite à l'analyse des pratiques des marbriers et des sculpteurs en Lorraine au début du XVII e siècle ; elle invite à questionner leurs rapports à la pierre mais aussi la pérennité de ce matériau qui avait pourtant vocation à inscrire le défunt dans l'éternité. Pierre, papier, ciseaux… Les ciseaux du sculpteur mordirent la pierre du marbrier mais c'est le papier du tabellion qui semble ici avoir le mieux résisté aux outrages du temps. Dans un premier moment, nous présenterons les différentes parties du contrat. Le maître d'ouvrage et commanditaire, Louis de La Mothe, le maître d'oeuvre, Clément Jacquot, un marbrier de Nancy, et enfin l'artiste, le sculpteur Toussaint Hainzelin. Le monument de pierre et le monument de papier seront ensuite mis en regard. Nous reconstituerons alors le programme iconographique souhaité par le commanditaire et exécuté conjointement par le marbrier et le sculpteur. Nous tenterons de préciser la matérialité de cette réalisation : nature des pierres utilisées, délai d'exécution, coût (frais de transport, rémunération de Jacquot). Enfin, nous essaierons de comparer le tombeau de monument de Louis de La Mothe avec ceux de ses contemporains, tant dans les principautés lorraines que dans le royaume de France ou l'Empire, pour en comprendre l'originalité formelle et la singularité.
Fichier principal
Vignette du fichier
Article_JCBlanchard_v4.pdf (410.13 Ko) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

hal-04145697 , version 1 (29-06-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04145697 , version 1

Cite

Jean-Christophe Blanchard. Un monument de pierre et de papier : le tombeau de Louis de La Mothe à Vandeléville (1620). 2023. ⟨hal-04145697⟩
15 View
33 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More