« C’est moi qui commande ! ». Pouvoir, genre et priorité à soi chez les enfants de 7 à 9 ans - Université de Lorraine Access content directly
Conference Papers Year : 2023

« C’est moi qui commande ! ». Pouvoir, genre et priorité à soi chez les enfants de 7 à 9 ans

Abstract

Les enfants manifestent un biais d’auto-évaluation positive dans différents domaines. Tout récemment cet effet a été observé dans la perception des hiérarchies sociales. Ainsi, dans les situations de pouvoir, les enfants se voient comme plutôt dominants que subordonnés (Charafeddine et al., 2019, 2020 ; Mandalaywala et al., 2020 ; Santhanagopalan et al., 2022). La question qui anime la présente recherche est la suivante : quel rôle joue la valorisation d’un soi dominant dans les processus de traitement de l’information sociale ? Par ailleurs, un des facteurs susceptibles de modifier la perception de soi dans des contextes hiérarchiques est le genre, d’autant plus que dès l’âge de 4 ans les enfants intègrent des stéréotypes liant pouvoir et masculinité. Cependant les études sur l’influence de ces représentations sur la perception de soi ont produit des résultats mitigés. Pour tenter de répondre à ces questions, nous avons utilisé une tâche qui mesure l’Effet de Priorité à Soi (EPS) auprès d’enfants de 7-9 ans. L’EPS est un biais perceptif consistant en un traitement plus rapide et précis des informations associées à soi relativement à celles associées à autrui. Il a été mis en évidence dès l’âge de 6 ans (Maire et al., 2020) et indique que le système cognitif est focalisé sur les informations liées au soi. Ainsi, même des éléments nouveaux qui se trouvent associés arbitrairement au soi bénéficient d’un traitement prioritaire. Néanmoins, la facilitation produite n’est pas indifférenciée et peut être modulée, notamment par la valence : l’EPS est d’autant plus ample que les éléments associés à soi sont positifs et donc valorisants (Hu et al., 2020). Il paraît dès lors qu’une façon d’étudier si une caractéristique est perçue comme plus valorisante qu’une autre est de comparer les effets que chacune produit sur l’amplitude de l’EPS. Suivant cette logique, nous avons arbitrairement associé aux participant·e·s de l’étude (N = 132) un statut dominant ou subordonné dans une relation de pouvoir fictive avec un autre enfant. Si le statut de dominant est perçu comme une caractéristique valorisante pour soi, les enfants dont le soi est associé à ce statut doivent montrer un EPS plus ample que les enfants assignés à un statut subordonné. Nos résultats corroborent cette hypothèse. Grâce à la caractérisation fine que permet la mesure en temps de réponse de l’EPS, la présente étude a permis, de plus, de mettre en évidence des différences selon le genre des enfants. Ainsi, nous avons trouvé que l’amplification de l’EPS par le statut dominant est plus importante chez les garçons que chez les filles. Ces résultats suggèrent que la valorisation du pouvoir chez les enfants module les processus de bas niveau impliqués dans la perception de soi. L’interaction entre le genre de l’enfant et la modulation de l’EPS par le statut suggère qu’à 7-9 ans, les garçons perçoivent, davantage que les filles, qu’un statut supérieur dans une relation est une caractéristique désirable du soi.

Domains

Psychology
No file

Dates and versions

hal-04200884 , version 1 (08-09-2023)

Identifiers

  • HAL Id : hal-04200884 , version 1

Cite

Rawan Charafeddine, Jean-Baptiste Van Der Henst, Alexandre Foncelle, Hélène Maire. « C’est moi qui commande ! ». Pouvoir, genre et priorité à soi chez les enfants de 7 à 9 ans. Réseau Interuniversitaire de PSYchologie du DEVEloppement et de l’Éducation, Jun 2023, Genève, Suisse. ⟨hal-04200884⟩
19 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More