La toxoplasmose au cours de l'infection par le virus de l'immunodéficience humaine : épidémiologie descriptive et facteurs prédictifs - Université de Lorraine Access content directly
Theses Year : 2000

Toxoplamosis in HIV-infected patients : epidemiology and predictive factors

La toxoplasmose au cours de l'infection par le virus de l'immunodéficience humaine : épidémiologie descriptive et facteurs prédictifs

Christian Rabaud
  • Function : Author
  • PersonId : 763076
  • IdRef : 068555598

Abstract

We have first studied extra-cerebral localizations of toxoplasmosis during HIV infection : 199 cases were recorded during a multicentric national survey begun in 1992, the greatest serie published today. Extra-cerebral toxoplasmosis was recorded in 1.5 to 2 % of French AIDS patients. All organs could be attacked. Diagnosis methods differ considering extra-cerebral localization. Mainly, at least one focal manifestation consistent with an acute disorder in the extracerebral organ infected with T.gondii was presented in patients presenting with an acute febrile syndrome. Ocular toxoplasmosis appeared the most frequent followed by pulmonary and disseminated toxoplasmosis. Treatment was the same as used during cerebral toxoplasmosis. Under treatrnent, outcome of ocular toxoplasmosis was similar as observed concerning cerebral toxoplasmosis. Pulmonary and disseminated toxoplasmosis appeared with a worse prognosis. Considering the similarities between cerebral and ocular toxoplasmosis, we have proposed to define «neurophthalmological toxoplasmosis» and «extra-neurophthalmological toxoplasmosis». The mean immunodepression level recorded in patients presenting with «extra-neurophthalmological toxoplasmosis» appeared greater than mainly observed in patients presenting with neurophthalmological toxoplasmosis. Parasitemia research appeared as a good diagnostic method during «extra-neurophthalmological toxoplasmosis». In conclusion, we have suggested that extra-cerebral toxoplasmosis were considered as an AIDS-defining opportunistic infection, as cerebral toxoplasmosis. Then, our studies have concemed cotrimoxazole (CTX) used as toxoplasmosis prophylaxis. Since 1992, use of CTX as first prophylaxis of pneumocystosis and toxoplasmosis was recommended considering results of several « on-treatment » analysis. In a first study, an « intent-to-treat» analysis did not confirm greater efficacy of CTX as toxoplasmosis prophylaxis when compared to pentarnidine. We have observed that adverse events to cotrimoxazole leading to stop this prophylaxis were predictive factors of subsequent occurrence of toxoplasmosis. The mechanism relating the adverse reactions occurrence and the subsequent AIDS progression remain not understood. Because a long time was recorded between adverse event occurrence and subsequent toxoplasmosis occurrence, direct link between CTX adverse events and T. gondii cyst reactivation did not appear as an adequate hypothesis. Some authors have suggested that CTX adverse events could reveal hyperstimulation of the immune system, hyperstimulation which could efficiently boost HIV replication and lead to accelerated destruction of the immune system and subsequent occurrence of toxoplasmosis. Our results confirrned that CTX adverse events were linked to subsequent occurrence of toxoplasmosis and to subsequent occurrence of other AIDS defining events.
La première partie de nos travaux est consacrée à l'étude des localisations extracérébrales de la toxoplasmose au cours de l'infectioh par le VIH : 199 cas ont été colligés lors d'une enquête nationale multicentrique débutée en 1992, ce qui reste la plus grande série mondiale publiée à ce jour. Cette pathologie touche 1,5 à 2% des patients sidéens français.Tous les organes peuvent être concernés, Les modalités du diagnostic dépendent de la localisation et dans la majorité des cas il existe des signes cliniques focalisés permettant d'orienter les investigations chez un patient généralement fébrile, Les toxoplasmoses oculaires sont les plus fréquentes, suivie par les localisations pulmonaires et les toxoplasmoses disséminées. Leur prise en charge thérapeutique est calquée sur celle de la toxoplasmose cérébrale. Sous traitement, le pronostic des toxoplasmoses oculaires apparait comparable à celui des toxoplasmoses cérébrales alors que celui des toxoplasmoses pulmonaires et/ou disséminées est beaucoup plus péjoratif. Par la suite, nous avons proposé que soient à l'avenir considérées deux catégories de toxoplasmoses : les toxoplasmoses ne touchant que le système nerveux central (cerveau, oeil) et les toxoplasmoses au cours desquelles une localisation extra-neurologique au moins est diagnostiquée. Dans ce dernier cas, la recherche d'une parasitémie apparaît comme un outil diagnostique performant. Ces dernières surviennent chez des patients présentant une immunodépression plus profonde encore que celle habituellement constatée lors de l'apparition de toxoplasmoses cérébrales, Au vu de ces résultats, nous proposons que les toxoplasmoses extra-cérébrales qui n'avaient été que rarement rapportées avant l'apparition du SIDA soient désormais toutes considérées comme pathologies classant SIDA.La seconde partie de nos travaux a été consacré à l'étude du cotrimoxazole (CTX) utilisé en prophylaxie ,de la toxoplasmose, Dès 1992, la communauté médicale avait adopté son utilisation en prophylaxie de première intention de la pneumocystose et de la toxoplasmose au vu des résultats d'analyses effectuées « sous traitement ». Dans une première étude réalisée en «intention de traiter », nous n'avons pu confirmer l'efficacité du cotrimoxazole (versus aérosols de pentamidine) en prophylaxie primaire de la toxoplasmose. Nous avons par contre montré que les patients infectés par le VIH et présentant une intolérance au CTX conduisant à l'arrêt de ce traitement présentaient secondairement un risque majeur de développer une toxoplasmose.L'intolérance au CTX est un marqueur prédictif de l'apparition ultérieure de toxoplasmose. Cette constatation reste actuellement inexpliquée même si plusieurs hypothèses ont pu être avancées. Le temps long séparant l'apparition de l'intolérance de la date d'apparition de la toxoplasmose plaide contre l'hypothèse d'un lien direct entre intolérance et réactivation de la toxoplasmose, Certains auteurs considèrent que l'intolérance au CTX précipite l'évolution de l'infection par le VIH en favorisant la multiplication de ce dernier, entrainant une aggravation de l'immunodépression qui favorise ensuite l'émergence de la toxoplasmose. Nos résultats confirment que l'intolérance au CTX apparaît non seulement prédictive de l'apparition ultérieure de toxoplasmose mais aussi des autres infections opportunistes classant SIDA.
Fichier principal
Vignette du fichier
SCD_T_2000_0305_RABAUD.pdf (4.26 Mo) Télécharger le fichier
Origin Files produced by the author(s)

Dates and versions

tel-01746414 , version 1 (29-03-2018)

Identifiers

  • HAL Id : tel-01746414 , version 1

Cite

Christian Rabaud. La toxoplasmose au cours de l'infection par le virus de l'immunodéficience humaine : épidémiologie descriptive et facteurs prédictifs. Médecine humaine et pathologie. Université Henri Poincaré - Nancy 1, 2000. Français. ⟨NNT : 2000NAN11308⟩. ⟨tel-01746414⟩
112 View
1273 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More