Physiopathologie et explorations des toxidermies immunoallergiques - Université de Lorraine Access content directly
Theses Year : 1998

Physiopathologie et explorations des toxidermies immunoallergiques

Annick 05/05/1959 Barbaud
  • Function : Author
  • PersonId : 787871
  • IdRef : 080146880

Abstract

Non disponible / Not available
Les toxidermies immuno-allergiques constituent un important problème de santé publique mais sont de physiopathologie mal connue. Ce travail est consacré à la définition et à l'exploration de ces pathologies, dans l'optique d'une amélioration de la prise en charge diagnostique des toxidermies et d'une meilleure compréhension des anomalies immunitaires impliquées dans leur apparition . Sur la base d'une ri goureuse méthodologie clinique, une population de 310 patients, inclus de façon prospective, a été étudiée, et trois axes d'étude ont été développés: appréciation de la valeur des tests cutanés en fonction de la sémiologie et du médicament responsable, exploration des cellules et molécules immunocompétentes potentiellement impliquées in situ, évaluation des réponses obtenues in vitro à partir des cellules circulantes. Nous avons démontré l' utilité (72% des patients ayant un test cutané positif) et la faisabilité des tests cutanés dans le bilan étiologique des toxidermies, 43% des patients ayant un test épicutané positif (dont 59,3% des sujets ayant développé un exanthème maculopapuleux),24% un prick test positif e l. 66,6% une IDR positive en lecture immédiate et/ou retardée. Ces résultats indiquent que la positivité des tests dépend du médicament en cause, de la sémiologie et donc du mécanisme immunologique de la toxidermie. Ceci est confirmé par l'immunophénotypage comparatif de biopsies de toxidermies et de tests cutanés lTI t cticamenteux positifs. La plupart des toxidermies lion urticariennes relèventainsi de mécanismes d'hypersensibilité cellulaire retardée impliquant des lymphocytes T. On y observe également des cellules denciritiques dermiques CDI a+, et l'expression de molécules d 'adhésion par les cellules dermiques et épidermiques. Nous avons par ailleurs mis en évidence l'expression inattendue de sélectines (CD62L, CD62P) par les kératinocytes. Dans les toxidermies non épidermolytiques nous avons démontré qu'il n'existait pas de phénomènes majeurs d 'apoptose des kératinocytes ou des cellulesT. De plus ces dernières ne semblent pas résulter d'une prolifération clonale in situ comme le montre l'étude du réarrangement du récepteurT pour l'antigène des lymphocytescutanés. L'étude de 17 patients ayant présenté un accident cutané lors de vaccination démontre que les causes de ces toxidermies sont variées : sensibilisation à un des constituant de la solution vaccinale, complexes immuns circulants ou mécanismes peut-être non immunitaires. Enfin sur des toxidermies variées dans leur sémiologie et leur cause, nous avons évalué l'apport potentiel d'explorations ex vivo à partir de prélèvements sanguins des patients. En conclusion, nos résultats apportent des éléments importants évaluant les critères nécessaires au diagnostic précis de ces accidents médicamenteux et améliorant la compréhension de leurs mécanismes physiopathologiques.
Fichier principal
Vignette du fichier
SCD_T_1998_0328_BARBAUD.pdf (33.57 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

tel-01748361 , version 1 (29-03-2018)

Identifiers

  • HAL Id : tel-01748361 , version 1

Cite

Annick 05/05/1959 Barbaud. Physiopathologie et explorations des toxidermies immunoallergiques. Biochimie, Biologie Moléculaire. Université Henri Poincaré - Nancy 1, 1998. Français. ⟨NNT : 1998NAN11003⟩. ⟨tel-01748361⟩
245 View
19 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More