Évolution et distribution de la fertilité phosphorique dans les agrosystèmes prairiaux : conséquences en matière de diagnostic - Université de Lorraine Access content directly
Theses Year : 1991

Évolution et distribution de la fertilité phosphorique dans les agrosystèmes prairiaux : conséquences en matière de diagnostic

Philippe Martin

Abstract

Not available
L’analyse de terre traditionnelle est généralement insuffisante pour apprécier correctement la fertilité phosphorique des sols. La fertilité est sous l’influence d’autres facteurs que le sol : en particulier, le temps et la plante. Or ces facteurs ne sont pas pris en compte dans les diagnostics fondés sur des analyses de terres courantes. Dans ce travail, l’évolution de la fertilité phosphorique a été étudiée dans les systèmes sol-engrais et des systèmes sol-engrais-plante, puis l’influence de l’activité du système racinaire de trois espèces prairiales (Lolium perenne, Trifolium repens, dactalis glomerata) sur la distribution de la fertilité phosphorique a été mise en évidence. Enfin, à partir de monolithes de sols prélevés en plein champ, la variabilité spatiale de la fertilité phosphorique, dans des sols prairiaux ayant fait l’objet d’anciens apports d’engrais, a été décrite. Des méthodes d’extraction chimique (P soluble dans l’eau, P extractible à NaHCO3-Olsen)ainsi que des méthodes isotopiques ont été mises en œuvre pour décrire le phosphore assimilable du sol et l’efficacité de différentes sources phosphatées mise à la disposition d’une plante-test (Lolium perenne L.). L’évolution de la fertilité phosphorique dans des systèmes sol-engrais dépend de la forme de l’engrais apporté, de l’histoire culturale de la parcelle et de la nature des paramètres retenus pour son appréciation. Le coefficient réel d’utilisation du phosphore de différentes sources de phosphore par la plante test est d’autant plus élevé que l’apport est récent. L’activité racinaire entraîne un épuisement localisé de la fertilité phosphorique et une nouvelle répartition du phosphore à l’intérieur des différents compartiments du P assimilable. La prairie permanente se révèle pêtre un excellent modèle naturel pour l’étude de la dynamique du phosphore dans le système sol-engrais-racine. Dans cet agrosystème non labouré, les apports répétés en surface entraînent une accumulation de phosphore dans l’horizon superficiel (0-3 cm), très sensible à la sécheresse. En conditions naturelles, la valorisation de ce phosphore, potentiellement disponible, serait limité par la répartition et l’activité des systèmes racinaires. Une vision statique de la fertilité phosphorique apparaît impropre à la prévision de son évolution. Aussi, sur le plan pratique, un diagnostic correct de la fertilité phosphorique des sols prairiaux nécessite de prendre en compte les notions d’évolution et de valorisation de cette fertilité par les végétaux
No file

Dates and versions

tel-01752151 , version 1 (29-03-2018)

Identifiers

  • HAL Id : tel-01752151 , version 1

Intranet access

Cite

Philippe Martin. Évolution et distribution de la fertilité phosphorique dans les agrosystèmes prairiaux : conséquences en matière de diagnostic. Science des sols. Institut National Polytechnique de Lorraine, 1991. Français. ⟨NNT : 1991INPL090N⟩. ⟨tel-01752151⟩
33 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More