La critique littéraire dans la "Westminster review" (1824-1857) - Université de Lorraine Access content directly
Theses Year : 1992

Literary criticism in the Westminster Review (1824-1857)

La critique littéraire dans la "Westminster review" (1824-1857)

Abstract

The aim of this study has been to assess the role and status of works of literature for a periodical not specifically literary in nature during the 25 years during which it was considered an outstanding journal. The space reserved for literature varied greatly during the various periods of its existence. These 25 years can, in fact, be divided into five distinct periods. For each of them, an analysis of the criticism of fiction and poetry is given, together with a chapter on dramatic criticism. The first period concerns the early years of the journal founded by Bentham and the utilitarian’s for whom a new social order could only come from the education of the people: literature finds a place in this moral and intellectual education. After J.S. Mill and his followers gave up their contributions for some time, literature occupies a lesser place, yet remains important as a counterpoint to political discussions. The third period is marked by the thought of J.S. Mill who gave an unprecedented place to the criticism of poetry, notably Tennyson’s. Mill’s successor, Hickson, made the review a tool to promote social reforms; it is then characterized by ultra-liberal ism. The last period, marked by the contributions of George Eliot, is by far the richest. Her famous literary essays are a prelude to her career as a novelist
Le but de cette étude a été d'évaluer le rôle et le statut de la littérature dans un journal sans véritable vocation littéraire durant les quelque 25 années qui l'ont conduit à son apogée. La conception de la place à laisser à la critique littéraire a nettement varié selon les périodes, ponctuées par divers changements dans la direction du journal. Cinq périodes peuvent être distinguées et pour chacune, une analyse de la critique du roman et de la poésie est proposée ainsi qu'un chapitre sur la critique dramatique. La première période est celle des débuts du journal fondé par Bentham et les utilitaristes pour lesquels l'avènement d'un ordre social nouveau passe par l'éducation du peuple; la littérature trouve sa place dans cette formation intellectuelle et morale. Avec l'éclipse de J.S. Mill et ses disciples, la critique littéraire occupe une moindre place mais elle reste importante comme contrepoint aux débats d'idées politiques. La troisième période est marquée par la pensée de J.S. Mill qui accorda une place sans précédent à la critique de la poésie, notamment celle de Tennyson. Le successeur de Mill, Hickson, se voua à l'élaboration de reformes sociales mais la critique littéraire garde sa place: la Westminster accueille les opinions les plus avancées. La dernière période marquée par l'activité de George Eliot, est la plus riche. Ses essais littéraires les plus fameux, publies dans la Westminster, sont le prélude à sa carrière de romancière
No file

Dates and versions

tel-01776755 , version 1 (24-04-2018)

Identifiers

  • HAL Id : tel-01776755 , version 1

Intranet access

Cite

Odile Boucher-Rivalain. La critique littéraire dans la "Westminster review" (1824-1857). Littératures. Université Nancy 2, 1992. Français. ⟨NNT : 1992NAN21007⟩. ⟨tel-01776755⟩
25 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More