Contribution à une approche écologique de la cognition : effets des nuisances physiques sur des enchaînements de traitement de l'information - Université de Lorraine Access content directly
Theses Year : 1991

Contribution to an ecological approach og cognition : effects of physical stressors on linked information processing

Contribution à une approche écologique de la cognition : effets des nuisances physiques sur des enchaînements de traitement de l'information

Abstract

Cognitive psychology considers physical environment as being at most interference in information processing. Nevertheless, we assume that recognizing the full part of environment leads to (a) an improvement in the predictive power of cognitive models, and (b) provides a sharp methodological tool, which can reveal the cognitive processes and the physiological mechanisms regulating the world-organism relationships. This twofold hypothesis has been tested by investigating the behavioral and physiological effects of physical stressors (inadequate noise and lighting) during a simulated procee control (a complex cognitive task). In such conditions, the subjects' response times are not affected in the same way, depending on the nature of the ongoing processing (perception, diagnosis, decision...), its temporal location within the response pattern, and the type of environment. Moreover, close to these changes in performance, we observed changes in the physiological time-locked indicators (cardiac output, cerebral activation, hemispheric asymmetry...). These results allow validating use of physical factors as probes within the frame of an ecological model of information processing.
La psychologie cognitive considère l'environnement physique comme au plus une variable parasite dans le traitement de l'information. or, une reconnaissance moins limitée du rôle de l'environnement devrait permettre : a) d'améliorer la puissance prédictive des modèles de la cognition, b) de disposer d'un outil méthodologique discriminant, car susceptible de révéler les processus cognitifs et les mécanismes physiologiques gérant les relations organisme-milieu. Cette double hypothèse est testée par l'étude des effets comportementaux et physiologiques de nuisances physiques (bruit, éclairage inadéquats) sur la gestion d'un contrôle de processus industriel simulé (tache cognitive complexe). Dans ces conditions, les temps de réponses des sujets sont affectés de manière différentielle selon la nature du traitement (perception, diagnostic, décision...), sa localisation temporelle dans une séquence opératoire, et le type d'ambiance physique. Parallèlement, ces modifications de performance sont corroborées et explicitées par des variations des indices physiologiques (fréquence cardiaque, activation cérébrale, asymétrie hémisphérique...). Ces résultats permettent de valider l'usage de l'environnement comme outil d'investigation dans le cadre d'une modélisation écologique du traitement de l'information.
No file

Dates and versions

tel-01776778 , version 1 (24-04-2018)

Identifiers

  • HAL Id : tel-01776778 , version 1

Intranet access

Cite

Marc Mouzé-Amady. Contribution à une approche écologique de la cognition : effets des nuisances physiques sur des enchaînements de traitement de l'information. Psychologie. Université Nancy 2, 1991. Français. ⟨NNT : 1991NAN21005⟩. ⟨tel-01776778⟩
35 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More