Commentators, compilers, administrators, St Albans monks and power, c. 1350-c. 1440 - Archive ouverte HAL Access content directly
Theses Year : 2019

Commentators, compilers, administrators, St Albans monks and power, c. 1350-c. 1440

Auteurs, compilateurs, administrateurs, les moines de Saint-Albans et le pouvoir, années 1350-années 1440

(1)
1

Abstract

This work studies the links between politics and religion in St. Albans Abbey (England) : the intellectual productions of the scriptorium of this Benedictine monastery are discussed in connexion with the way political power and contemporary debates were represented and examined. This work starts with a survey of the links which existed between the monastic community, those involved in politics, and the institutions of the realm. Monks were involved in many different ways in the government of the realm. These activities, the importance of the monastery – place of devotion situated on a major road – explain that monks are to be found in multiscale networks : monks and laic officers were acquainted to local county officers and to nobility. These personal, institutional and sometimes commercial links help us explain some of their opinions about courts and politics. The analysis of the intellectual productions of the St Albans monks is the occasion to understand how one topic – power – is perceived by men whose life experience were different, whereas all had undertaken the same vows in front of God and the rest of the community of St Albans. Hence, representation of political life and contemporary debates by the monks in chronicles is studied and compared to the reflexion on the nature and the limits of royal power in treatises. These reflexions were nourished by various crises, including parliamentary crises, where old debates about the exercise of power were revived. Some of these ideas about the links between temporal and spiritual powers were put on a new light by the proposition of the theologian John Wyclif, Lollards, and also by the new promulgation of statutes intended to limit papal intervention in the English realm. These questions are the subject of a more theoretical part of the study, where I analyse how monks wrote for both kings and popes, depending on the circumstances, but most of all for their own community, in a time when many discussions focused on monastic endowment. This works is an intent to put religious problematics at the heart of our approach to medieval political culture, taking the point of view of men at the crossroad between politics and religion, in a time when the line between political power and spiritual powers was contested.
La thèse porte sur les rapports entre sphère politique et sphère religieuse dans le monastère anglais de Saint-Albans. On y étudie les différentes productions intellectuelles du scriptorium de l’établissement bénédictin et la manière dont le pouvoir politique et les débats du temps y sont représentés et questionnés. Pour mieux comprendre les prises de position des moines, nous avons étudié dans un premier temps les rapports que la communauté monastique entretenait avec les acteurs de la vie politique et les institutions du royaume. Les moines étaient intégrés dans des réseaux à plusieurs échelles, notamment ceux des officiers du comté et de la noblesse. La connaissance de ces liens personnels, institutionnels, et parfois commerciaux aide à identifier les sources d’informations des moines et à expliquer leurs prises de position. Dans un deuxième temps, l’analyse de la représentation du pouvoir dans les productions intellectuelles de Saint-Albans est l’occasion de comparer le traitement d’un même objet – le pouvoir – dans des œuvres appartenant à des genres variés et écrites par des moines aux expériences différentes mais qui appartenaient à une même communauté. La représentation de la vie politique et des débats contemporains par les moines dans des chroniques et pièces de circonstances est ainsi étudiée et comparée avec la réflexion sur la nature et les limites du pouvoir royal observée dans les traités. Parmi eux, plusieurs concernent les rapports entre pouvoirs temporels et pouvoirs spirituels. Ces questions sont étudiées dans une dernière partie théorique où l’on interroge les référentiels des moines, qui écrivent tour à tour pour défendre le pape et le roi, mais aussi et avant tout leur communauté alors que de nombreuses attaques sur les possessions monastiques sont lancées. La thèse cherche donc à réintégrer les aspects religieux dans les recherches sur la culture politique au Moyen Âge, en adoptant le point de vue d’hommes situés à la limite entre sphère politique et sphère religieuse, à une époque où la frontière entre pouvoir temporel et pouvoir spirituel est disputée.
Not file

Dates and versions

tel-02512421 , version 1 (19-03-2020)

Identifiers

  • HAL Id : tel-02512421 , version 1

Intranet access

Cite

Élisa Mantienne. Auteurs, compilateurs, administrateurs, les moines de Saint-Albans et le pouvoir, années 1350-années 1440. Histoire. Université de Lorraine, 2019. Français. ⟨NNT : 2019LORR0231⟩. ⟨tel-02512421⟩
22 View
0 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More