L'État acide : analyse psychosociale des minorités rock - Université de Lorraine Access content directly
Theses Year : 1987

The Acid State: Psychosocial Analysis of Rock Minorities

L'État acide : analyse psychosociale des minorités rock

Abstract

The Ph.D thesis, The Acid State: Psychosocial Analysis of Rock Minorities, is divided into two volumes, the first volume (532 pages) consisting of four parts (1. The Acid State (theoretical construction of the reading grid and methodology; 2. The Shadow of the underground (presentation of the living environment of these amateur groups; 3. The Rock Fluid (study of the representations and rituals of creation/diffusion); 4. The public mystery (analysis of the representations of the message, of audiences among musicians and of rock among teenagers - in particular: results of the quantitative study among high school students). The annexes (second volume, 405 pages) include all the statistical data, questionnaires, observation grids and interview guides, the thematic table for content analysis, multiple correspondence analysis, and hierarchical ascending classifications (cluster analysis). The main field of empirical observations on which this Ph.D thesis is based is that of the so-called “Parking 2000”, the fourth basement of a collective car garage, under a tower, on the Porte of Aubervilliers side, in 19th district Paris. In this underground space, in the literal and figurative sense of the term, more than one hundred and thirty groups rented premises, summarily fitted out by the car park manager (walls mounted on the car parking spaces, doors installed in haste, high rents). The residents of this building refused to put their cars in the 4th basement for safety and health reasons, hence the diversion of these spaces for artistic use by the manager. The field research, on which the doctoral thesis is based, is organised around several types of observations, both quantitative and qualitative, standardised and/or phenomenological. 1.In-depth field work of the "participant observation" type (peripheral observation, active participation in group activities, membership of a post-punk experimental rock band, collection of iconographic and textual data), from November 1979 to December 1986. 2.A study by group interviews (44 transcribed in full), with about forty collective entities, with thematic and lexical content analysis, from November 1979 to December 1986. 3.A quantitative survey by group questionnaires (106 responding entities), focusing on a socio-demographic description of these populations and on the representation of failure/success, the record, concerts and the music market at the time, from January to December 1985. 4.A quantitative survey using individualised questionnaires (281 subjects) among high school students (15-18 years old) in three high schools in the east of Paris, focusing on more than one hundred and one variables, from December 1985 to February 1986. The analytical grid developed attempts to account for the processes of social recognition of amateur groups (referred to in the thesis as “rock minorities”). These groups, with little social visibility, sometimes with low technical and musical expertise, were regularly not very viable commercially (except for a few of them, such as Les Innocents, Les Porte-Mentaux, Parabellum, to name just three that have since made a career in French rock). The ambivalence of these ordinary and heterogeneous musicians has been formalised by their social origin, by constructing an analytical grid known as the “acid state”. This notion metaphorically describes the experience of socialisation of these minorities, characterised by their relative anomic and ambivalent state. Indeed, these amateur groups did not know how to clearly define the objectives to be reached, hesitating between those of show business (success, media, record sales, celebrity) and the goal of elaborating a motto, a repertoire, representing their own normative and artistic capacity, fulfilling a destiny of self-management. These rock minorities were anomic and ambivalent because they depended heavily on the “public gaze”, while at the same time strongly denying it: self-description of their activity by qualifiers of authenticity and the need for social recognition, validation of their itinerary. The stylistic code of these minorities was therefore both internal and external to them. The style-currency of such groups is conceived as a project, a goal to be reached and a current issue of social visibility. The acid state, resulting from this creative/communicational tension, thus manifested itself through various phenomena, including the confusion in the definition of collective goals, the activation of an experience of trance and social effervescence (partying, possession, drug addiction, musical fluid, crowd effects) and, above all, an uncontrollable and sometimes agreed upon heterodoxy and rebellious tendency. The data on young high school students show that rock practices were (and still are) of a post-adolescent type, while at the same time they are still in a state of flux.
La thèse, L'état acide : analyse psychosociale des minorités rock, se divise en deux volumes.Le premier tome (532 pages) correspond à quatre parties (1. L’état acide (construction théorique de la grille de lecture et méthodologie ; 2. L’ombre des sous-sols (présentation du cadre de vie de ces groupes amateurs ; 3. Le fluide rock (étude des représentations et des rituels de création / diffusion) ; 4. Le mystère public (analyse des représentations du message, des publics chez les musiciens et du rock chez des adolescents – notamment : résultats de l’étude quantitative auprès des lycéens). Les annexes (deuxième tome, 405 pages) comprennent l’ensemble des données statistiques, les questionnaires, les grilles d’observation et guides d’entretiens, le tableau thématique d’analyse de contenu, les analyses de correspondances multiples et les classifications ascendantes hiérarchiques (clusters analysis). Le terrain principal des observations empiriques sur lesquelles cette thèse est basée est celui du dit « Parking 2000 », quatrième sous-sol d’un garage collectif de voitures, sous une tour, du côté de la Porte d’Aubervilliers, à Paris 19e. Dans cet espace underground, au sens propre et figuré du terme, plus de cent trente groupes louaient des locaux, aménagés sommairement par le gérant du parking (murs montés sur les espaces de stationnement des voitures, portes installées à la va-vite, loyers élevés). Les résidents de cet immeuble refusaient d’aller mettre leurs autos dans le 4e sous-sol pour des raisons de sécurité et de salubrité, d’où le détournement de ces espaces à des fins d’usage artistique par le gérant. La recherche de terrain, à la base de la thèse de doctorat, est organisée autour de plusieurs types d’observations tant quantitatives que qualitatives, standardisées et / phénoménologiques. 1.Un travail approfondi de terrain de type « observation participante » (observation périphérique, participation active à des activités de groupes, appartenance à une formation de rock expérimental postpunk, collectes de données iconographiques et textuelles), de novembre 1979 à décembre 1986. 2.Une étude par entretiens de groupes (44 retranscrits entièrement), auprès d’une quarantaine d’entités collectives, avec analyse de contenu thématique et lexicale, de novembre 1979 à décembre 1986. 3.Une enquête quantitative par questionnaires de groupe (106 entités répondantes), portant sur un descriptif sociodémographique de ces populations et sur la représentation de l’échec / réussite, du disque, des concerts et du marché de la musique de l’époque, de janvier à décembre 1985. 4.Une enquête quantitative par questionnaires individualisés (281 sujets) auprès de lycéens (15-18 ans) de trois lycées de l’est de Paris, axés sur plus de cent une variable, de décembre 1985 à février 1986. La grille d’analyse développée tente de rendre compte des processus de reconnaissance sociale des groupes amateurs (qualifiés, dans la thèse, de « minorités rock »). Ces formations, peu visibles socialement, parfois peu expertes en matière technique et musicale, étaient régulièrement peu viables commercialement (sauf pour quelques-unes d’entre elles, comme les Innocents, les Porte-Mentaux, Parabellum, pour n’en citer que trois ayant fait carrière, depuis, dans le rock français). On a formalisé l’ambivalence de ces musiciens ordinaires et hétérogènes, par leur provenance sociale, en construisant une grille d’analyse dite de l’ « état acide ». Cette notion décrit métaphoriquement l’expérience de la socialisation de ces minorités, caractérisées par leur relatif état anomique et ambivalent. En effet, ces groupes amateurs ne savaient pas définir nettement des objectifs à rejoindre, hésitant entre ceux du show business (réussite, succès, média, vente de disque, célébrité) et le but d’élaboration d’une devise, d’un répertoire, représentant leur propre capacité normative et artistique, accomplissant un destin d’autogestion du soi. Ces minorités rock étaient anomiques et ambivalentes parce qu’elles dépendaient fortement du « regard public », tout en le déniant fortement : autodescription de leur activité par des qualificatifs d’authenticité et besoin de reconnaissance sociale, de validation de leur itinéraire. Le code stylistique de ces minorités était donc à la fois intérieur et extérieur à elles. Le style-devise de tels groupes est conçu comme un projet, un but à rejoindre et un enjeu actuel de visibilité sociale. L’état acide, consécutif à cette tension créative / communicationnelle, se manifestait donc par divers phénomènes dont la confusion de définition des buts collectifs, l’activation d’une expérience de transe et d’effervescence sociale (fête, possession, toxicomanie, fluide musical, effets de foule) et, surtout, une hétérodoxie et une tendance rebelle incontrôlables et parfois convenues. Les données sur les jeunes lycéens permettent notamment de remarquer que les pratiques rock étaient (et sont encore aujourd’hui) de type postadolescent, tout en donnant parfois lieu à des innovations fortes. Le caractère éclectique des goûts musicaux, chez les consommateurs et les Français, est notamment l’un des résultats notables de cette enquête, (données constatées plusieurs fois, par la suite, dans les enquêtes sur les Pratiques culturelles…, DEP, ministère de la Culture (voir Donnat, 1998). Pour finir, cette thèse fut la première recherche empirique de niveau doctoral et académique sur la scène amateur punk et rock (période du début des années 1980), en France. Beaucoup de données et de nombreuses observations faites à cette époque sont ensuite été répliquées lors d’enquêtes plus récentes sur des milieux musicaux plus spécialisés (rap, metal, techno).
No file

Dates and versions

tel-03015451 , version 1 (19-11-2020)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03015451 , version 1

Cite

Jean-Marie Seca. L'État acide : analyse psychosociale des minorités rock. Sciences de l'Homme et Société. Université de Paris-X Nanterre; EHESS-Paris, 1987. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-03015451⟩
52 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More