Trouble du Stress Post-Traumatique suite à l’accouchement : impact sur le bonding mère-enfant. Etude multiculturelle franco-tunisienne - Université de Lorraine Access content directly
Theses Year : 2019

Post Traumatic Stress Disorder after childbirth : impact on maternal bonding. French-Tunisian multicultural study

Trouble du Stress Post-Traumatique suite à l’accouchement : impact sur le bonding mère-enfant. Etude multiculturelle franco-tunisienne

Abstract

Childbirth can be experienced as a traumatic experience by the mother. This event may be associated with the expression of Post-Traumatic Stress Disorder (PTSD) in the postnatal period, but does it have any impact on the development of maternal bonding? What are the factors associated with postnatal PTSD and with the impairment of maternal bonding? Are there differences in risk factors for PTSD and in altered maternal bonding between two populations from two different cultures? To answer these questions, 646 French and Tunisian women were approached during the third trimester of pregnancy. Of these women, 284 were contacted two months after delivery and 190 were recalled at six months postpartum. Within this study, it was possible to adapt and validate a coping strategy scale on the Tunisian population and to build and validate a PTSD specific scale related to childbirth, according to the new diagnostic criteria of DSM 5, on French and Tunisian women. The results of this work showed that at two months after childbirth, 5.2% of French women and 16.5% of Tunisian women had PTSD. At six months postpartum, the prevalence of PTSD was 3.1% for French women and 16.3% for Tunisian women. Hierarchical regression models specific to each population showed that for French women, it was the primiparity and mode of delivery, self-blame used during the prenatal period, prenatal physical pain, as well as the negative perception of support from the health care team during delivery that constituted risk factors for the development of postnatal PTSD. For Tunisian women, it was the primiparity and mode of delivery, the negative perception of support from the health care team during delivery, the use of dramatization and self-blame after delivery that were risk factors for the development of PTSD in the postpartum period. With regard to the effect of PTSD on maternal bonding, the results showed that this disorder had a negative impact on the development of bonding in the postnatal period and more specifically on the alteration of the mother-child bond and child related anxiety for French women. The results also showed that coping strategies such as self-blame, behavioural disengagement and less planning had a mediating role between postpartum PTSD and maternal bonding. For Tunisian women, PTSD had a negative impact on bonding and especially on child related anxiety. Coping strategies that mediated the relationship between post-natal PTSD and maternal bonding in this population were dramatization, self-blame and rumination. This research also provided etiological models on the impact of post-natal PTSD on bonding and the different associated variables for the French and Tunisian populations. In conclusion, the tools developed and validated on both populations in this work as well as the results presented establish important foundations for future interventions to enable better prevention and diagnosis of post-natal PTSD as well as to prevent its deleterious impact on the mother-child bonding.
L’accouchement peut être vécu comme un évènement traumatique par la mère. Cet évènement peut être associé à l’expression d’un Trouble de Stress Post-Traumatique (TSPT) dans la période postnatale, mais cela a-t-il des répercussions sur le développement du bonding maternel ? Quels sont les facteurs associés au TSPT postnatal et à l’altération du bonding maternel ? Existent-elles des différences dans les facteurs de risques liés au TSPT et à l’altération du bonding maternel entre deux populations issues de deux cultures différentes ? Pour répondre à ces interrogations, 646 femmes françaises et tunisiennes ont été sollicités au cours du troisième trimestre de grossesse. Parmi ces femmes, 284 ont été contacté deux mois après l’accouchement et 190 ont été rappelé à six mois post-partum. Cette étude a permis d’adapter et de valider une échelle de stratégie de coping sur la population tunisienne et de construire et de valider une échelle spécifique au TSPT en lien avec l’accouchement, suivant les nouveaux critères diagnostiques du DSM 5, auprès de femmes françaises et tunisiennes. Les résultats de ce travail ont montré qu’à deux mois après l’accouchement, 5,2% des femmes françaises et 16,5% des femmes tunisiennes présentaient un TSPT. A six mois post-partum la prévalence du TSPT était de 3,1% pour les femmes françaises et de 16,3% pour les femmes tunisiennes. Des modèles de régressions hiérarchiques spécifiques à chaque population ont indiqué que pour les femmes françaises, ce sont la primiparité et le mode d’accouchement, l’auto-blâme utilisé durant la période prénatale, les douleurs physiques prénatales, ainsi que la perception négative du soutien de L’équipe soignante durant l’accouchement qui constituaient des facteurs de risque au développement d’un TSPT postnatal. Pour les femmes tunisiennes, ce sont la primiparité et le mode d’accouchement, la perception négative du soutien de l’équipe soignante durant l’accouchement, l’utilisation de la dramatisation et de l’auto-blâme après l’accouchement qui constituaient des facteurs de risque au développement d’un TSPT en post-partum. En ce qui concerne l’effet du TSPT sur le bonding maternel, les résultats ont exposé que ce trouble avait un impact négatif sur le développement du bonding dans la période postnatale et plus précisément au niveau de l’altération du lien mère-enfant et de l’anxiété par rapport à l’enfant pour les femmes françaises. Les résultats ont indiqué aussi que des stratégies de coping comme l’auto-blâme, le désengagement comportemental et une moindre planification avaient un rôle médiateur entre le TSPT post-partum et le bonding maternel. Pour les femmes tunisiennes, le TSPT avait un impact négatif sur le bonding et surtout au niveau de l’anxiété par rapport à l’enfant. Les stratégies de coping qui médiatisaient la relation entre le TSPT post-natal et le bonding maternel dans cette population étaient la dramatisation, l’auto-blâme et la rumination. Cette recherche a permis aussi de réaliser des modélisations sur l’impact du TSPT post-natal sur le bonding à 6 mois post-partum et les différentes variables associées pour les deux populations françaises et tunisiennes. En conclusion, les outils développés et validés sur les deux populations dans ce travail ainsi que les résultats présentés établissent des bases importantes pour orienter de futures interventions psychologiques afin de permettre une meilleure prévention et diagnostic du TSPT post-natal ainsi que de prévenir son impact délétère sur le bonding mère-enfant.
Fichier principal
Vignette du fichier
DDOC_T_2019_0327_HANNACHI.pdf (6.51 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

tel-03210773 , version 1 (28-04-2021)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03210773 , version 1

Cite

Nawel Hannachi. Trouble du Stress Post-Traumatique suite à l’accouchement : impact sur le bonding mère-enfant. Etude multiculturelle franco-tunisienne. Psychologie. Université de Lorraine, 2019. Français. ⟨NNT : 2019LORR0327⟩. ⟨tel-03210773⟩
190 View
1396 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More