La pratique des genres dans l'oeuvre narrative d'Eduardo Berti - Université de Lorraine Access content directly
Theses Year : 2009

The practice of genres in the narrative work of Eduardo Berti

La pratique des genres dans l'oeuvre narrative d'Eduardo Berti

Abstract

Eduardo Berti (1964, Buenos Aires) is one of the most remarkable writers of the young Argentine literary generation. His diverse narrative work is still relatively unexplored, although it is already well known. The corpus explored in this thesis includes the first five works published by Berti between 1994 and 2004: a collection of short stories (Los pájaros), a collection of micro-stories (La vida imposible) and three novels (Agua, La mujer de Wakefield, Todos los Funes). Approaching this corpus from the angle of generic multiplicity seems to be a good way of apprehending Bertian narrative work in its generality. To question the way Berti practices genres is first to work on the dialectic of short form/long form, which must be nuanced and linked to the issues of fragmentation and collection. The oppositional relationship between the two forms does not mean that they are incompatible. Analysed in a second part, the phenomenon of reciprocal 'contagion' between the 'long' and the 'short' even shows a certain complementarity. Questions of "transtextuality" are the subject of a third part, in which Gérard Genette's concept (Palimpsestes, Seuil, 1982) proves to be operative in studying the games of references and rewritings that allow Berti to cross textual and generic boundaries. Finally, a fourth part is devoted to the examination of three major transgeneric themes, which reflect some of the writing processes used by Berti in his five works.
Eduardo Berti (1964, Buenos Aires) est l’un des plus remarquables écrivains de la jeune génération littéraire argentine. Très diverse, son œuvre narrative est encore assez peu étudiée, alors qu’elle jouit déjà d’une belle notoriété. Le corpus exploré dans le cadre de cette thèse inclut les cinq premiers ouvrages publiés par Berti, entre 1994 et 2004 : un recueil de nouvelles (Los pájaros), un recueil de micro-récits (La vida imposible) et trois romans (Agua, La mujer de Wakefield, Todos los Funes). Aborder ce corpus sous l’angle de la multiplicité générique semble être un bon moyen d’appréhender l’œuvre narrative bertienne dans sa généralité. S’interroger sur la façon dont Berti pratique les genres, c’est d’abord travailler sur la dialectique forme brève/forme longue, à nuancer, et à relier aux questions de la fragmentation et de la mise en recueil. Le rapport d’opposition entre les deux formes ne signifie pas qu’elles soient incompatibles. Analysé dans une seconde partie, le phénomène de « contagion » réciproque entre le « long » et le « bref » témoigne même d’une certaine complémentarité. Les questions de « transtextualité » font l’objet d’une troisième partie, dans laquelle le concept de Gérard Genette (Palimpsestes, Seuil, 1982) s’avère opératoire pour étudier les jeux de références et de réécritures qui permettent à Berti un franchissement des frontières textuelles et génériques. Enfin, une quatrième partie est consacrée à l’examen de trois grandes thématiques transgénériques, qui reflètent certains procédés d’écriture auxquels recourt Berti dans ses cinq ouvrages.
No file

Dates and versions

tel-03617377 , version 1 (23-03-2022)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03617377 , version 1

Cite

Emilie Delafosse. La pratique des genres dans l'oeuvre narrative d'Eduardo Berti. Littératures. Université Stendhal-Grenoble 3, 2009. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-03617377⟩
24 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More