Attribute inference attacks on social media publications - Université de Lorraine Access content directly
Theses Year : 2022

Attribute inference attacks on social media publications

Attaques par inférence d'attributs sur les publications des réseaux sociaux

Abstract

Online Social Networks (OSN) are full of personal information such as gender, age, relationship status. The popularity and growth of OSN have rendered their platforms vulnerable to malicious activities and increased user privacy concerns. The privacy settings available in OSN do not prevent users from attribute inference attacks where an attacker seeks to illegitimately obtain their personal attributes (such as the gender attribute) from publicly available information. Disclosure of personal information can have serious outcomes such as personal spam, bullying, profile cloning for malicious activities, or sexual harassment. Existing inference techniques are either based on the target user behavior analysis through their liked pages and group memberships or based on the target user friend list. However, in real cases, the amount of available information to an attacker is small since users have realized the vulnerability of standard attribute inference attacks and concealed their generated information. To increase awareness of OSN users about threats to their privacy, in this thesis, we introduce a new class of attribute inference attacks against OSN users. We show the feasibility of these attacks from a very limited amount of data. They are applicable even when users hide all their profile information and their own comments. Our proposed methodology is to analyze Facebook picture metadata, namely (i) alt-text generated by Facebook to describe picture contents, and (ii) commenters’ words and emojis preferences while commenting underneath the picture, to infer sensitive attributes of the picture owner. We show how to launch these inference attacks on any Facebook user by i) handling online newly discovered vocabulary using a retrofitting process to enrich a core vocabulary that was built during offline training and ii) computing several embeddings for textual units (e.g., word, emoji), each one depending on a specific attribute value. Finally, we introduce ProPic, a protection mechanism that selects comments to be hidden in a computationally efficient way while minimizing utility loss according to a semantic measure. The proposed mechanism can help end-users to check their vulnerability to inference attacks and suggests comments to be hidden in order to mitigate the attacks. We have determined the success of the attacks and the protection mechanism by experiments on real data.
Les réseaux sociaux contiennent de nombreuses informations personnelles telles que le genre, l'âge ou le statut d'une relation. Leur popularité et leur importance en font des cibles privilégiés pour des activités malveillantes menaçant la vie privée des utilisateurs. Les paramètres de sécurité disponibles sur les réseaux sociaux n'empêchent pas les attaques par inférence d'attribut, qui consistent pour l'attaquant à obtenir des données privées (comme le genre) à partir d'informations publiques. La divulgation d'une information personnelle peut avoir des conséquences négatives comme devenir la cible de spams, de harcèlements, ou se faire cloner son profil. Les techniques d'inférence les plus connues s'appuient soit sur l'analyse du comportement de l'utilisateur cible à travers ses préférences (e.g., likes) et ses groupes, soit sur ses listes d'amis. Cependant, en pratique, les informations disponibles pour ces attaques sont souvent limitées car beaucoup d'utilisateurs ont pris conscience des menaces et préfèrent protéger leurs données. Pour que les usagers des réseaux sociaux comprennent mieux les risques encourus par leur vie privée, dans cette thèse nous introduisons une nouvelle classe d'attaques par inférence sur les attributs de ces usagers. Nous montrons que ces attaques nécessitent très peu d'information. Elles s'appliquent même à des usagers qui protègent les éléments de leur profil ainsi que leurs commentaires. La méthode que nous proposons consiste à analyser les métadatas d'une image publiée sur Facebook, à savoir i) les tags engendrés par Facebook pour décrire les images (e.g., pour les usagers malvoyants), et ii) les commentaires sous formes textuelle ou d'émojis déposés sous l'image. Nous montrons comment réaliser ces attaques sur un utilisateur de Facebook en i) appliquant une technique de retrofitting pour traiter le vocabulaire rencontré en ligne et qui ne figurait pas dans la base d'apprentissage et ii) en calculant plusieurs plongements pour les unités textuelles (e.g., mot, emoji) chacun dépendant d'une valeur spécifique d'un attribut. Finalement nous proposons ProPic, un mécanisme de protection qui sélectionne de manière rapide des commentaires à cacher toute en minimisant la perte d'utilité, définie par une mesure sémantique. Le système permet aux utilisateurs de vérifier s'ils sont vulnérables à des attaques par inférence et, le cas échéant de suggérer les commentaires à cacher pour prévenir ces attaques. Nous avons pu vérifier l'efficacité de l'approche par des expérimentations sur des données réelles.
Fichier principal
Vignette du fichier
DDOC_T_2022_0009_ALIPOUR_PIJANI.pdf (3.65 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

tel-03666575 , version 1 (12-05-2022)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03666575 , version 1

Cite

Bizhan Alipour Pijani. Attribute inference attacks on social media publications. Computer Science [cs]. Université de Lorraine, 2022. English. ⟨NNT : 2022LORR0009⟩. ⟨tel-03666575⟩
209 View
250 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More