Les Gibraltariens : des Britanniques à part entre Europes et Afrique - Université de Lorraine Access content directly
Theses Year : 2003

The Gibraltarians: a British people on their own between two Europes and Africa

Les Gibraltariens : des Britanniques à part entre Europes et Afrique

Julie Michot

Abstract

The last colony in Europe, tightly situated between Spain and Morocco, at the southernmost tip of the Iberian Peninsula, Gibraltar is famous above all as a tax haven. The media emphasise the anachronism of its situation and the problems it generates between the United Kingdom, that has owned it since 1713, and neighbouring Spain, that insists on the restoration, as part of its national territory, of this strategic keystone at the meeting point of the Mediterranean and the Atlantic. This imbroglio is made worse by the fact that historians tend to forget a civilian population which has emerged there along with British military personnel. Thus, little is known of the 30 000 Gibraltarians, who form an original mix of races, beliefs and cultures, living harmoniously in this tiny territory of 2.5 square miles. Indeed, the testimony of the three dominations the Rock underwent (Moorish, Spanish and the present British) is still visible, and its singularity is the result of this curious alchemy between the cultures of the Europes of North and South, and that of North Africa. As one strolls through the old town, one will discover, adjacent to one another, Genoese architectural elements, synagogues, a Hindu temple, little shops where all kinds of goods imaginable are piled up, and even pubs displaying the portrait of the Queen. These « paradoxes » soon become natural, making it difficult to form a clear picture of these inhabitants, who seem unable to choose between two worlds. Although mainly of Mediterranean stock, Gibraltarians, a long time ago, chose to remain British, even if they claim their right to self-determination. This Ph.D. thesis is an attempt at defining their cultural identity and concentrates on the present situation. It is based on field research done between 1999 and 2002, on the international press, on documents of the Gibraltar Government Archives, as well as on old and more recent books mostly written by Gibraltarian, British and Spanish authors.
Dernière colonie d'Europe, coincée entre l'Espagne et le Maroc, à l'extrémité méridionale de la péninsule Ibérique, Gibraltar est célèbre comme paradis fiscal. Les médias soulignent son caractère anachronique et les problèmes qu'il crée entre le Royaume-Uni, qui exerce sur lui sa souveraineté depuis 1713, et l'Espagne frontalière, qui ne cesse, au nom de son intégrité territoriale, de revendiquer cet endroit stratégique au confluent de la Méditerranée et de l'Atlantique. Ce qui aggrave cet imbroglio, c'est que les historiens oublient souvent qu'une population civile s'est développée aux côtés des soldats britanniques. On connaît donc mal les 30 000 Gibraltariens, étonnant mélange de races, croyances et cultures, vivant en harmonie dans cet espace réduit de 6 km2. Le Rocher garde en effet le témoignage des trois civilisations qui s'y sont succédé (maure, espagnole puis britannique), sa singularité résidant dans cette curieuse alchimie entre les cultures des Europes du Nord et du Sud, et celle de l'Afrique du Nord. Une promenade dans la vieille ville permet de découvrir tour à tour une architecture inspirée de Gênes, des synagogues, un temple hindou, des échoppes où s'entassent des marchandises hétéroclites ou des pubs affichant le portrait d'Elizabeth II. Ces « contradictions » deviennent vite naturelles ; il suffit d'avoir une certitude pour qu'elle s'efface, les habitants paraissant incapables de choisir entre deux mondes. Pour la plupart de souche méditerranéenne, les Gibraltariens ont pourtant depuis longtemps choisi de rester britanniques, tout en réclamant le droit de s'autodéterminer. Cette thèse cherche à définir leur identité culturelle et se concentre sur l'époque actuelle. Elle se fonde sur des recherches de terrain réalisées entre 1999 et 2002, sur la presse internationale, sur des documents des archives du gouvernement de Gibraltar ainsi que sur des ouvrages plus ou moins récents, écrits notamment par des Gibraltariens, des Britanniques ou des Espagnols.
No file

Dates and versions

tel-03868445 , version 1 (23-11-2022)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03868445 , version 1

Cite

Julie Michot. Les Gibraltariens : des Britanniques à part entre Europes et Afrique. Sciences de l'Homme et Société. Université de Metz, 2003. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-03868445⟩
24 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More