L'esthétique du récit criminel dans la littérature francophone contemporaine : le cas du Togo - Université de Lorraine Access content directly
Theses Year : 2022

The aesthetics of the criminal narrative in contemporary francophone literature : the case of Togo

L'esthétique du récit criminel dans la littérature francophone contemporaine : le cas du Togo

Abstract

Starting from the fact that some Togolese writers aestheticize crime in various forms, we propose to demonstrate that there is a structuring and historical spring in their works that Alexie Tcheuyap describes as “writing red” (Yolaine Parisot: 2015). In the corpus works, crime is constantly perceived as fiction and history, and this generates several forms of the novel. If Théo Ananissoh's and Kangni Alem's narratives seem to fall under the heading of detective stories, the distinction between the genre becomes tenuous as much in the case of Edem Awumey and Edem Kodjo as in the case of Kossi Efoui. For their writing is carried, through and through, by mass crimes. Why do they make crime the mainspring of their poetics? Everything leads us to believe that this aesthetic stems from the contemporary political violence in Africa. Despite the evidence of this observation, our work consists in questioning their writing in the light of their native country - Togo - which is strongly subjected to disjunction and/or dislocation in both its temporal and spatial essence. Our subject is illuminated in three dimensions: ambiguity, enigma and strangeness. The first is the narratological study to clarify the corpus from filiation, hybridity, postmodernity and parody of narratives. The second is the enigma and is presented in two orders: the enigma of writing a History that we have difficulty in grasping, and the enigma that the authors pursue in their works, and which they rewrite in order to respond to the enigmatic ‘stake' (Yves Reuter: 2013) of the narrative. In this section, we have explored the operation of the figure of the detective, the deserter and the post-traumatic narrator. It is an actualisation of the brutal world whose salience is the disjunction of time and space. The third dimension is the strangeness of the works in the corpus. The study of this last part goes through intertextuality, intermediality and sociocriticism. It is a question of analysing images, intertexts and socio-lects, the aim of which is to dismantle the masks and simulacra orchestrated by the authors. Indeed, Alem, Ananissoh, Awumey, Efoui and Kodjo have all resorted to postures, masks and strategies to establish their poetics. Political history appears as haunting in their works. This shows that the use of carnival, simulacra, dissimulation and derision makes it possible to attenuate the paralysis of the narrative to circumvent History, which is powerless to reveal the real nature of painful events.
Partant du fait que certains auteurs togolais esthétisent le crime sous diverses formes, nous nous proposons de démontrer qu'il y a un ressort structurant et historique dans leurs œuvres qu'Alexie Tcheuyap qualifie d'« écrire rouge » (Yolaine Parisot : 2015). Dans les œuvres du corpus, le crime est sans cesse perçu comme fiction et histoire, et qui génère plusieurs formes du roman. Si des récits de Théo Ananissoh et de Kangni Alem semblent relever du récit policier, la distinction du genre devient ténue autant chez Edem Awumey et Edem Kodjo que chez Kossi Efoui. Car, leur écriture est portée, de part en part, par des crimes de masse. Pourquoi font-ils du crime le ressort structurant de leur poétique ? Tout porte à croire que cette esthétique découle de la violence politique contemporaine de l'Afrique. Malgré l'évidence de ce constat, notre travail consiste à interroger leur écriture à l'aune de leur pays natal - Togo - fortement soumis à la disjonction et/ou à la dislocation tant sur son essence temporelle que spatiale. Notre sujet s'éclaire dans trois dimensions : l'ambiguïté, l'énigme et l'étrangeté. La première passe par l'étude narratologique pour clarifier le corpus à partir de filiation, d'hybridité, de postmodernité et de parodie des récits. La seconde est l'énigme, et se présente sous deux ordres : l'énigme de l'écriture d'une Histoire qu'on a la peine à saisir et l'énigme que les auteurs poursuivent dans leurs œuvres, et qu'ils réécrivent pour répondre à l'« enjeu » (Yves Reuter : 2013) énigmatique du récit. Dans cette partie, nous avons étudié le fonctionnement de la figure du détective, du déserteur et du narrateur post-traumatique. C'est une actualisation du monde brutal dont la saillance est la disjonction du temps et de l'espace. La troisième dimension est l'étrangeté des œuvres du corpus. L'étude de cette dernière partie passe par l'intertextualité, l'intermédialité et la sociocritique. Il s'agit d'analyser les images, les intertextes et les sociolectes, dont le but est de démonter les masques et les simulacres orchestrés par les auteurs. En effet, Alem, Ananissoh, Awumey, Efoui et Kodjo ont tous eu recours aux postures, masques et stratégies pour asseoir leur poétique. L'Histoire politique apparaît comme une hantise de leurs œuvres. Cela montre que l'usage du carnaval, du simulacre, de la dissimulation et de la dérision permet d'atténuer la paralysie de la narration afin de contourner l'Histoire frappée d'impuissance à révéler la nature réelle des événements douloureux.
Fichier principal
Vignette du fichier
DDOC_T_2022_0152_TSETSE.pdf (2.68 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

tel-03958050 , version 1 (26-01-2023)

Identifiers

  • HAL Id : tel-03958050 , version 1

Cite

Kodzo Etonam Tsetse. L'esthétique du récit criminel dans la littérature francophone contemporaine : le cas du Togo. Littératures. Université de Lorraine, 2022. Français. ⟨NNT : 2022LORR0152⟩. ⟨tel-03958050⟩
70 View
148 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More