« If you feel like a lady... » : médiations féministes des musiques DIY dans une scène globalisée - Université de Lorraine Access content directly
Theses Year : 2022

« If you feel like a lady... » : feminist mediation of DIY music in a globalized scene

« If you feel like a lady... » : médiations féministes des musiques DIY dans une scène globalisée

Louise Barrière

Abstract

The fight against sexism and sexual violence in the French music industry has recently gained media attention. However, in « Do-It-Yourself » (DIY) music scenes, activists have already been tackling this issue for several decades. Among various initiatives, Ladyfests appeared in the USA, in the beginning of the 2000s. These festivals mingle debates, conferences, music workshops and live music shows. They are thereby involved in a representation struggle, and foster the development of a feminist counter-public within male-dominated DIY music scenes.This dissertation looks at the circulation of Ladyfests in two European countries, France and Germany, and questions the ways in which collective and political identities are articulated to music representations, within a globalized network. The outline follows a theoretical model developed by ethnomusicologist Timothy Rice. Rice suggests that each music culture is historically constructed, socially maintained and individually experienced. A first part, thus, looks at the role of feminist lineages, in the transgenerational and transnational circulation of political and cultural concerns and practices. A second part analyses the construction of Ladyfests' programmings, which are aimed at fighting against gendered roles, developing a feminist aesthetic and sharing music skills through a non-formal music education. Ladyfests are moreover conceptualized as a feminist mediation of popular music, as they give a specific context to music-making and -listening, encouraging feminist interpretations of lyrics and spectacles - regardless of the artists' original messages. Finally, feminist DIY music also moves towards a post-identitarian framework, characterized by queer theories and post-colonial migrations. Post-colonial migrations in a globalized world especially comes to nuance the ostensible whiteness of a punk-inspired music scene.Drawing on ethnomusicology, cultural and media studies, the research is based on ethnographical fieldwork and digital media analysis. Therefore, the methods underline the double mediation that festivals operate since the early 2000s, articulating « live » music and digital promotion.
Si la lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans les industries musicales a fait l'objet d'une médiatisation plutôt récente, ces thématiques sont traitées de front depuis plusieurs décennies par des scènes musicales dites « Do-It-Yourself » (DIY). Parmi les initiatives qui y fleurissent, les Ladyfests apparaissent aux États-Unis à l'aube des années 2000 et proposent des programmations mêlant débats, conférences, ateliers de pratiques musicales et concerts. Elles investissent ainsi une lutte des représentations et favorisent la constitution d'un contre-public féministe au sein de scènes musicales dominées par des hommes.Cette thèse s'intéresse à leur circulation dans deux pays européens, la France et l'Allemagne, et interroge la manière dont s'articulent identités (collectives, politiques) et représentations musicales dans une scène globalisée. Le plan suit un modèle théorique développé par l'ethnomusicologue Timothy Rice, qui suggère que toute culture musicale est historiquement ancrée, socialement maintenue et individuellement reconfigurée. Il s'agit dans un premier temps d'observer la formation de lignées féministes qui font circuler des préoccupations militantes et culturelles dans des logiques à la fois transgénérationnelles et transnationales. Il est ensuite question de cerner les logiques de programmation des Ladyfests, entre lutte contre les rôles de genre dans les pratiques musicales, recherche d'une esthétique musicale féministe et éducation non-formelle. Plus encore, les Ladyfests y sont pensées comme des médiations féministes des musiques populaires, en ce qu'elles fournissent un contexte de lecture des œuvres qui favorisent l'émergence d'un sous-texte féministe, parfois à l'encontre des volontés mêmes des artistes. Enfin, les reconfigurations individuelles sont pensées à l'aune des théories queer et des migrations post-coloniales, ce dernier point venant nuancer la blanchité apparente d'une scène inspirée du punk.Ces questions sont traitées au croisement des cultural studies, des sciences de l'information et de la communication et de l'ethnomusicologie, en s'appuyant tant sur un terrain ethnographique que sur un corpus d'archives web. Ces méthodes prennent en compte la double médiation opérée par les festivals depuis les années 2000, articulant le « live » à une médiatisation majoritairement numérique.
No file

Dates and versions

tel-04008526 , version 1 (28-02-2023)

Identifiers

  • HAL Id : tel-04008526 , version 1

Intranet access

Cite

Louise Barrière. « If you feel like a lady... » : médiations féministes des musiques DIY dans une scène globalisée. Musique, musicologie et arts de la scène. Université de Lorraine, 2022. Français. ⟨NNT : 2022LORR0157⟩. ⟨tel-04008526⟩
46 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More