"L’envers du visible. Épistémès de l’esthétique décorative au cinéma (1916 – 1936)" - Université de Lorraine Access content directly
Theses Year : 2023

"Behind the visible. Epistemes of decorative aesthetics in cinema (1916 – 1936)"

"L’envers du visible. Épistémès de l’esthétique décorative au cinéma (1916 – 1936)"

Abstract

This research investigates the aesthetic of cinematic decor at the beginning of the 20th century, in light of the modern era’s founding research on visual arts. In the continuation of many works initiated over the last few decades that retrace relations between the origins of abstraction and decorative arts, this study seeks to analyze cinematic decor’s dispositions on destabilizing mimetic representation in film. Since the decorative function is defined as secondary in aesthetic fields, the concept of decor will be first approached on critical historiography bases, from Classical Antiquity to the Contemporary Period. Through the prism of the old quarrel between Platonic and Aristotelian conceptions of art that reemerged at the turn of the century, the confrontation between narrative and abstract films will lead to a destabilization of both decoration depreciation and representative space. Species of spaces that are reunited by their limiting features that are put under tension during a period of dispersion and worship of the form, to which cinema does not remain indifferent. Absorbing the qualities of modernity, the film articulates mimetic dissolution and sensitive expression via a process of disarticulation of the representative space and image flattening onto the visible surface, transforming architecture (space) and decor (materiality) into fundamental figures of modernity. Beyond the significance level, cinematic decor disfigures and prefigures the new visual conditions of the artwork.
Ce travail propose d’interroger les enjeux esthétiques du décor cinématographique au début du XXe siècle, à l’aune des recherches fondatrices de la modernité dans les arts visuels. Dans le sillage des nombreux travaux menés ces dernières décennies sur les liens entre l'invention de l'abstraction et les arts décoratifs, la thèse défendue est que le décor corrobore le surgissement d’une esthétique non-mimétique au cinéma. Puisque la fonction décorative est particulièrement perçue comme secondaire dans le domaine esthétique, l’étude historicocritique des différentes acceptions du concept de « décor », de l’Antiquité Classique à l’Époque Contemporaine, admettra l'examen de son statut mineur dans le contexte de la modernité, relatif à la « crise de la vérité » dans l’art. Au prisme de l’ancienne querelle qui refait surface au tournant du XXe siècle entre les conceptions platonicienne et aristotélicienne de l’art, la confrontation de films narratifs et abstraits évoluera vers l’ébranlement du cadre dépréciatif du motif décoratif en même temps que de l’idée d’espace comme cadre représentatif. Espèces d’espaces qui se rejoignent dans leur dimension limitative mise en tension dans un temps de dispersion et de culte de la forme, auquel le cinéma ne reste pas indifférent. Absorbant les traits de la modernité, le cinéma associe dissolution mimétique et expression sensible à travers la désarticulation de l’espace représentatif et l’aplatissement de l’image reconvertie en surface visible, transformant l’architecture (espace) et les décors (matérialité) en figures fondamentales de la modernité. Dépassant le niveau de la signification, le décor filmique défigure et préfigure les nouvelles conditions du visible.
No file

Dates and versions

tel-04103957 , version 1 (23-05-2023)

Identifiers

  • HAL Id : tel-04103957 , version 1

Cite

Amanda De Freitas Coelho. "L’envers du visible. Épistémès de l’esthétique décorative au cinéma (1916 – 1936)". Art et histoire de l'art. Université de Paris 4 - Paris Sorbonne, 2023. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-04103957⟩
55 View
0 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More