Observation(s), entretien(s) : ce que le terrain fait au chercheur dans la problématisation de la transmission mémorielle infra-familiale

Résumé : À travers une résidence artistique et scientifique menée au sein du projet Mémoire de clandestinités organisé par l’association Les Rias située à Saint-Apollinaire de Rias en Nord-Ardèche nous avons entrepris d’interroger les formes de conservation et de transmission de la mémoire et ses mécanismes communicationnels au sein de la famille. Opérant à travers la collecte de traces, la transmission mémorielle intra-familiale se nourrit des échanges humains. Permettant d’élaborer le récit, elle contribue à la construction de l’identité. Penser l’idée de « Résistance » en lien avec la construction de l’identité collective nous a amené à analyser les formes de patrimonialisation empruntées par des enfants de résistants, croisant reconstitutions mémorielles et analyse du témoignage de « résistants » de la Seconde Guerre mondiale et travail plastique. L’enquête de terrain ethnographique et la recherche photographique ont permis d’identifier les représentations et les pratiques mémorielles tout en interrogeant la méthodologie et la conception de la production artistique. Lors de nos immersions, nous avons pris soin d’adopter une position bivalente, à la fois objectivante et participante dans le milieu familier des interviewés, attitude indispensable au développement d’une relation de confiance avec les témoins. Outre la collecte des données nécessaires à la démarche archivistique et la production artistique, s’est jouée une reconfiguration de notre façon de problématiser les actions de patrimonialisation que nous avons pu analyser et croiser avec les nombreux échanges avec Pablo Garcia, jeune plasticien auteur de nombreux travaux photographiques et vidéos portant sur la mémoire historique, la trace et l’utopie sociale ayant rejoint le projet mais aussi avec notre propre production artistique. Ce terrain, riche et passionnant nous amené à relativiser les concepts qui semblaient pourtant majeur en début de recherche. La pratique ethnographique nous a ainsi engagée dans une reconfiguration esthétique, communicationnelle et méthodologique de notre projet de thèse.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Helena Angelica Marinescu; Alexandra Gabriella Constantinescu. Anthropologie/y & Communication. Intersections, Maison d'édition de l'université de Bucarest, pp.79-96, 2016, 978-606-16-0706-8. 〈http://editura-unibuc.ro/magazin/stiinte-socio-umane/anthropologiey-communication-intersections/〉
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [34 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal.univ-lorraine.fr/hal-01347243
Contributeur : Pierre Morelli <>
Soumis le : mercredi 20 juillet 2016 - 16:18:16
Dernière modification le : jeudi 18 janvier 2018 - 17:53:11

Fichier

Forestier_Morelli_2016.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : hal-01347243, version 1

Collections

Citation

Delphine Forestier, Pierre Morelli. Observation(s), entretien(s) : ce que le terrain fait au chercheur dans la problématisation de la transmission mémorielle infra-familiale. Helena Angelica Marinescu; Alexandra Gabriella Constantinescu. Anthropologie/y & Communication. Intersections, Maison d'édition de l'université de Bucarest, pp.79-96, 2016, 978-606-16-0706-8. 〈http://editura-unibuc.ro/magazin/stiinte-socio-umane/anthropologiey-communication-intersections/〉. 〈hal-01347243〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

196

Téléchargements de fichiers

314